Navigation
Moteur weBlogs
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

automatique

Perdu le mot de passe ?

Inscrivez-vous maintenant !
Stats inscriptions
 Inscrits:
  aujourd'hui: 0
  hier: 0
  Auteurs: 494
Dernier: nikefree11

 En ligne:
  Invités : 0
  Auteurs : 13
  Total: 13
[Détail]
 Infos site

Historique
2015 Mai
«  «         »  »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
Nouveaux auteurs
nikefree11 28/4/2015
trouwjurke 15/4/2015
ghealth 14/4/2015
lerykenzi 14/4/2015
fugitif 20/3/2015
Promo


Top-Five !
1 vilistia 893
2 Keltouma 712
3 motpassant 614
4 atanetbout 339
5 lydwine 238
.../...

Telecharger Skype - France , le portail du téléphone gratuit

Noogle, fournisseur de sites web


BLOGs - Articles de vilistia
 Publier les articles de vilistia

Catégories


Articles les plus récents


15/12/14
Catégorie: Politique : 

Auteur: vilistia (1:06 am)

L’Ukraine, 51ème État de l’Union, avec parrainage BAO

13/12/2014 – Bloc-Notes

On ne change surtout, surtout pas une formule qui s’est avérée catastrophique. Ainsi, l’Ukraine considérée selon la prospective d’un économiste-Système comme si le reste n’existait pas, ni l’histoire ni l’expérience, va-t-elle connaître un traitement type Russie-des-années-1990, mais dans des conditions infiniment pires. C’est de cette façon qu’on pourrait résumer la philosophie de la “structuration” que le brillant président Porochenko-“chocolat” met en place avec l’arrivée de trois ministres naturalisés pour la (bonne) cause.

(Mais ne dirait-on pas plutôt “structuration déstructurée” pour désigner le projet, en une sorte d’oxymore-Système qui ne prendrait même pas la peine de se déguiser en image poétique.) Depuis qu’elle est connue, la nouvelle a fait l’objet de nombreux commentaire au milieu des agitations parlementaires à Kiev, accompagnant cette annonce (voir par exemple ZeroHedge.com, le 4 décembre 2014 : «Fight Breaks Out In Parliament When Ukraine Learns It Has Quietly Become The Newest US State»).

Rappelons rapidement qui sont les trois nouveaux ministres qui ont effectivement été tous trois naturalisés ukrainiens par décret du président Porochenko, avant de se voir confier leurs ministères respectifs :

Aivaras Abromavicius, banquier-investisseur lithuanien désormais ministre du développement économique et du commerce ;

Alexander Kvitachvili, de nationalité géorgienne avant d’être rebaptisé, désormais ministre de la santé dont les compétences englobent nombre d’aspects sociaux ;

Natalie Jaresco, citoyenne US d’origine ukrainienne, travaillant en Ukraine depuis 20 ans après une carrière au département d’État à Washington, nationalisée ukrainienne pour devenir ministre des finances.

Bien, – à eux trois, ils tiennent l’économie ukrainienne et, par conséquent, ils constituent une sorte de mini-gouvernement “étranger” travaillant presque d’une façon autonome et qui, à l’intérieur du gouvernement mais sans vraiment ni se coordonner avec lui, ni en attendre des consignes, va s’occuper du destin de l’Ukraine. La messe est dite pour ce qui est de l’orientation de la chose :

il s’agit d’une antenne directement reliée aux milieux financiers et économiques new-yorkais et du bloc BAO, avec consultations permanentes du FMI, de l’UE, etc. Il se dit même que l’UE a demandé et obtenu des rencontres avec les trois ministres seuls, et son représentant à Kiev, ou tel ou tel envoyé spécial, pour qu’on puisse discuter à l’aise du programme concoctée pour l’Ukraine ; et cette précision nous permet de comprendre qu’effectivement ces trois ministres ont eux-mêmes des réunions à trois…

Avec un peu de distance de l’événement et les précisions ainsi obtenues, on peut maintenant avancer des commentaires circonstanciés. Ce 12 décembre 2014, la station-radio de Sputnik.News a diffusé un entretien conduit par Ekaterina Kudachkina avec deux personnalités politiques et académiques sur cette situation : Kirill Koktych, du ministère russe des affaires étrangères (MGIMO) et le professeur Alexander Domrine, de la High School of Economics à l’université de Virginie, aux USA.

Nous donnons des extraits assez longs de cet entretien qui nous paraît particulièrement intéressant. Il s’agit d’observer que l’Ukraine est devenue de jure une colonie américaniste et du bloc BAO (51ème État de l’Union et parrainage BAO, via UE), qu’elle va répéter l’expérience russe (et la sienne propre d’ailleurs) des années 1990, c’est-à-dire répéter encore et encore les mêmes erreurs pour les mêmes résultats catastrophiques, etc.

Il semble que l’erreur catastrophique soit le gage de la confiance que le Système peut accorder à un CV, et qu’une psychologie basse et sans la moindre dignité (Saakachvili, ex-président géorgien, qui va exercer une influence importante en Ukraine, comme conseiller du président en liaison avec la troïka des “étrangers”) un diplôme d’excellence pour conduire ces mêmes erreurs à leur terme catastrophique… Nous donnons de larges extraits de l’entretien, au cours duquel les intervenants apportent d’intéressantes précisions, y compris sur les événements passés qui inspirent ceux d’aujourd’hui en Ukraine.

Kirill Koktych : «Actually, this is a very special practice. Usually foreigners are invited to deal with the problems in a way for which nobody would say “thank you”. That means that actually those positions are usually reserved for those actors and everything that they would do, would produce hardship for the rest of the citizens. That means that the first reason to invite foreigners is just to secure your own internal political players, because usually the foreigners are invited when you have to do something extremely unpopular.

» The second reason, for example, if you are getting a foreign financing. That means that a foreigner would be in charge of the money flow. And, probably, both of these reasons are relevant to explain the current situation with the Poroshenko’s Government. As far as I know, the Minister of Finance and the Minister of Economy are the positions that should be responsible for the money flows from the outside and for the monetization of the Ukrainian economy, which is actually half destroyed, on the other hand. So, that means that, probably, those foreigners would be both the controllers of the money flows and, on the other side, these persons should be blamed tomorrow for everything bad that occurs in Ukraine.

» Usually, semi-independent states are doing this. We can remember the Russian example when the Russian privatization was done by the foreign hands under the foreigners’ advice. The result of the privatization was the illegitimate business in Russia. And it is a problem we are suffering up to now. In some other countries the foreigners are usually invited not because they would be sharing their professionalism, but also their interest. And any executive political player would first of all have his own interest, and not the interest of the country he is working for, because foreigners should be loyal to their native states and not the state that hires them.»

Ekaterina Kudachkina : «So, Dr. Koktysh, do we need to understand that Ukraine is now de jure turning into some kind of American colony?»

Kirill Koktych : « Yes, actually you do, because de facto Ukraine lost its independence last year. It is practically bankrupt and that means that those states who gave money, first of all the US, should take care about how to get their money back and the income as well. And now there is a political control over the Ukrainian debt that was made with the American money. So, actually, yes, the colonization of Ukraine is the system that de facto existed in all the previous years, but not as de jure…» […]

Ekaterina Kudachkina : «Well, Ms Jaresko has already promised to come up with an ambitious cost-cutting 2015 budget by Dec. 20. Ms Jaresko is a graduate of Harvard University’s Kennedy School of Government, and Russians still keep special memories of Harvard experts who used to advise the Russian government on privatization campaign of the early 1990-s…»

Alexander Domrine : «Thinking about Ukraine, I’m thinking not only about this particular event when foreigners were invited to join the Government of Ukraine, but in general, when I think about Ukraine today, it reminds me of Russia back in the 1990’es. Somehow since 1990’es Russia has made a tremendous improvement in its internal politics, in its internal development, in its governmental structure. But let’s take a look at Russia back in the 1990’es. Didn’t we have foreigners in our Government? Was it good for Russia when we had foreigners in the Russian Government? I want to remind you of, let’s say, Boris Berezovsky, who was the citizen of Israel. There was another member of the Russian Government Boris Brevnov, who happened to be the US citizen.

» You know, what is interesting here, it is not only that Ukraine decided to invite foreigners to join its Government, I’m absolutely sure that those new members of the Ukrainian Government will bring their own staff from their own countries, from other countries of the world. And once again, didn’t we have a similar situation back in the 1990’es here in Russia? Didn’t we have numerous and numerous assistants, advisors and consultants who worked for the Russian Government from other countries of the world? Didn’t Anatoly Chubais surround himself by dozens of American advisors, consultants? Was it good for Russia? I don’t think so.

» Just one detail, I want to remind you of some of those advisors who were invited by Anatoly Chubais form America to assist Russia in its transition to the market economy, in privatization etc. It was one of the most famous scandals back in the 1990’es when the two individuals from the Harvard Institute for International Development – Shleifer and Jonathan Hay – when they were working as the advisors to the Russian Government, when they were advising the Russian Government on how to transfer Russia into a civilized market economy, what did they do?

» Their program received $58 million from the US Government to assist Russia in the privatization reform. And, of course, it was such a temptation for them when they had some inside information about what enterprises, what factories were supposed to be privatized. It was such a temptation for them that they decided to use that inside information to enrich themselves. They invested money into those enterprises that were supposed to be privatized, basically, to invest their money and get back their money after the privatization of those enterprises.

» What was even more interesting is that they didn’t invest their own money, they actually invested the money of the US Government – the money which was supposed to assist Russia in its transition to a civilized market economy. It was an absolutely incredible scandal. As the result of that scandal not only this program was stopped, but the whole Harvard Institute of International Development. Originally, it was founded by Jeffrey Sachs. The Harvard Institute of International Development was killed. Jeffrey Sachs in disgrace had to move from Harvard to Columbia University. And as the result of that there was a famous trial. Shleifer and Hay were found guilty and they were supposed to pay more than $100 million back to the US Government.

You see, when I think about Ukraine today, it reminds me of Russia back in the 1990’es so much. And I don’t think that it was a good idea of the Ukrainian Government to invite those people. I don’t expect any major improvements. And I feel so sorry for my Ukrainian friends.»

Ekaterina Kudachkina : «Do you think that Ukraine eventually would follow the same pattern? How good are the chances that they are going to ultimately gain real independence?»

Alexander Domrine : « Russia realized that we made huge mistakes back in the 1990’es. That’s why Russia decided not to repeat those mistakes. Unfortunately, Ukraine didn’t learn from our mistakes. And once again, looking at Ukraine back in the 1990’es and at Ukraine today, I have a feeling that this is the kind of groundhog’s day, when the mistakes are being repeated again and again, and nobody wants to correct them.»

Ekaterina Kudachkina : «Why do you think the people who have already failed on their positions, like Mr. Saakashvili, are positioned to play a role in Ukraine? Haven’t they failed already once?»

Alexander Domrine : « Some people have no shame. And that’s exactly what I think about Saakashvili. But I believe that it is an even more disgusting position of the Ukrainian Government which invites people like Saakashvili, or people who were so close to Saakashvili, to work for Ukraine today. Those people failed their own country and now they are invited basically to fail another country – Ukraine. And that was the decision of the Ukrainian Government. So, it is up to them…»

D’un certain point de vue, on pourrait dire : qu’y a-t-il d’étonnant à tout cela ? Les USA/le bloc BAO continuent leur politique d’investissement (au double sens du terme) et d’hégémonie, sans le moindre souci de la souveraineté et de l’indépendance nationales. Ils sont guidés dans cette voie, et par le sens des “bonnes affaires”, – mais cela considéré plutôt comme un réflexe pavlovien car il reste à nous prouver que l’Irak et la Libye, par exemple, sont les si “bonnes affaires” qu’on annonçait ; et, surtout, par cette étrange psychologie américaniste désormais étendue au bloc BAO (inculpabilité, indéfectibilité, exceptionnalisme, etc.) qui les fait se considérer si complètement à part qu’ils n’imaginent pas une seconde qu’un pays-vassal (pays destinés à être vassaux :

ROW, ou the Rest Of the World ) ne puisse attendre avec une reconnaissance sans limite, saupoudrée de quelques $millions/$milliards o €millions/€milliards, l’investissement par les normes et les divers bureaucrates-proconsuls venus des USA ou de l’UE, directement ou indirectement. (Inutile de préciser, mais précisions-le tout de même, que nous considérons les Abromavicius et autre Kvitachvili comme des américanistes avec faux-nez courant, spécialités des pays de la périphérie Ouest de la Russie, avec les liens qu’il faut avec l’UE.)

Voici donc un État de l’Union installé contre la Russie, tout contre… Mais quel État ! L’Ukraine sortie de l’URSS a connu la même tempête que l’URSS réduite à la Russie (Domrine donne d’intéressantes et édifiantes précisions à cet égard), la même avalanche de corruption, pour déboucher, en lieu et place d’un Poutine, sur une sorte de monstre qu’on pourrait désigner, par exemple, comme une “démoligarchie” de type féodal, avec son territoire partagé entre oligarques ; puis l’Euromaidan, sous la houlette de l’UE pour mettre dans ses transes menstruelles notre brave BHL ; jusqu’à la situation actuelle où une nouvelle vague type-années 1990 se prépare, mais dans un contexte si différent …

Cette fois, la guerre couve et gronde, gronde et couve c’est selon, sur son Est, et une puissante force ultranationaliste/nazi renforce continuellement ses positions et exerce une terreur quotidienne et banalisée. Au milieu de tout cela, le peuple de l’Ukraine-Kiev qui est en train de sombrer dans l’enfer libéral, qui commence à avoir froid, qui se dirige vers le destin déjà expérimenté par la Grèce, mais posé sur un baril de poudre entouré d’éclairs qui ne demandent qu’à jouer leur rôle de détonateurs d’incendies supplémentaires.

On ajoutera évidemment les agitateurs extérieurs, les Polonais, les Baltes, l’OTAN, les USA évidemment, qui agissent sans aucun souci de cohérence ni de cohésion puisque l’agitation qu’ils entretiennent, même tournée contre la Russie, nourrit d’abord une atmosphère explosive à l’intérieur de l’Ukraine-Kiev elle-même.

Au contraire, le régime de l’encan qui va être imposé à l’Ukraine-kiev, qui lui est déjà imposée alors qu’elle se trouve en état de décomposition, nécessiterait soit l’enthousiasme des “révolutions culturelles” entretenues au feu des illusions modernistes (voir le passage sur cette période dans le texte de Dimitri Sokolov-Mitrich, du 22 novembre 2014), soit la résignation et la discipline des démocraties qui ne rechignent pas devant un autoritarisme maîtrisé, présenté comme une nécessité pour le bien-être à venir de la population (les “lendemains qui chantent” de l’ultralibéralisme). Rien de cela en Ukraine ;

l’anarchie, la corruption et la terreur y règnent déjà, comme après un programme de mise à l’encan, alors que ce programme, justement producteur d’anarchie sociale et économique, ne fait que commencer.

Colonisée, l’Ukraine ? Certes, mais d’une colonisation de la plus absurde des façons, une colonisation qui ajoute le désordre au désordre et risque de déboucher sur l’hyper-désordre se muant en force antiSystème…

Quoi qu’il en soit l’Ukraine est plus que jamais le détonateur à effets multiples des phases successives de la grande crise d’effondrement du Système. Elle est là pour entretenir toutes les tensions, entre les principaux acteurs du désordre mondial et selon les lignes de l’affrontement entre le système et les forces antiSystème. La Grande Crise de notre temps a trouvé là l’œil de son cyclone, qui ne se fermera plus tant que cet événement ne sera pas parvenu à son paroxysme.








15/12/14
Catégorie: Politique : 

Auteur: vilistia (12:22 am)

La fin de l’après -11 septembre ?

samedi 13 décembre 2014

JPEG - 42.8 ko
La sénatrice Dianne Feinstein présentant le rapport sur les pratiques insoutenables de torture par la CIA.

En réaction à la publication le 9 décembre du rapport de la Commission d’enquête du Sénat sur les actes de torture commis par la CIA, l’économiste américain Lyndon LaRouche a déclaré que ces révélations sonnent la fin d’une époque, c’est-à-dire de la dynamique amorcée par les attentats du 11 septembre 2001, qui ont livré les États-Unis aux visées impériales et dictatoriales des deux gouvernements Bush et des deux gouvernements Obama.

Cette visée impériale est celle qui conduit les États-Unis et le monde transatlantique sur la voie d’un affrontement thermonucléaire avec la Russie et la Chine, dans le sillon de la politique amorcée par le Projet pour un nouveau siècle américain (PNAC), au milieu des années 90, suite à l’effondrement de l’Union soviétique.

Voici quelques extraits des propos de Matthew Ogden, du Comité d’action politique de LaRouche, lors d’une émission diffusée le 12 décembre sur le site internet du LaRouche PAC.


L’origine de ce qui est arrivé le 11 septembre [2001] ne se trouve pas dans l’événement lui-même. Lyndon LaRouche avait fait une mise en garde contre ce danger, de manière explicite, neuf mois avant les attaques du 11 septembre : il avait prévenu, le 3 janvier 2001 que l’administration Bush, [Bush venait d’être élu à la présidence en novembre 2000 et s’apprêtait à prendre ses fonctions quelques semaines plus tard en janvier] aurait recours à un événement du type« incendie du Reichstag » pour imposer un régime dictatorial d’urgence aux États-Unis.
Laissez-moi vous montrer un extrait vidéo de la présentation faite par LaRouche le 3 janvier 2001, neuf moisavant le 11 septembre :

Nous allons avoir quelque chose ressemblant à un régime nazi (…) Ce que nous aurons avec un gouvernement Bush confronté à la frustration, sera un système de gestion de crise : où les membres des équipes d’opérations spéciales, du Gouvernement secret, commettront des provocations qui seront utilisées pour mettre en place des pouvoirs dictatoriaux et engendrer des émotions, au nom de la gestion de crise. Nous aurons des ’’petites guerres’’ dans plusieurs régions du monde, auxquelles répondra le gouvernement Bush, avec des méthodes de provocation relevant de la gestion de crise.

Neuf mois plus tard, les attaques ont eu lieu, et toutes les mises en gardes de La Rouche devinrent réalité. Comment savait-il cela ? Ce n’est pas qu’il avait accès à quelque information privilégiée ou quelques chose de ce genre. La caractéristique nazie du gouvernement Bush était visible aux yeux de tous, si on prenait la peine d’y regarder de plus près. Elle était préprogrammée dans le gouvernement bien avant que Bush ait été choisi pour devenir président des États-Unis.

L’élément le plus pertinent ici est la déclaration qui a servi de fondement au Projet pour un nouveau siècle américain (PNAC), que l’on peut décrire comme le manifeste des néoconservateurs, ou la feuille de route vers un nouvel empire anglo-américain. L’un des membres fondateurs du PNAC [un groupe de réflexion fondé en 1997] est nul autre que Jeb Bush, le frère cadet de George W. Bush.

Les autres membres fondateurs représentent l’essentiel des milieux néocons qui allaient composer la totalité du gouvernement Bush/Cheney. Notons au passage que l’un des deux principaux cofondateurs du PNAC était Robert Kagan, le mari de Victoria Nuland [membre influente de l’équipe rapprochée d’Obama et chaude partisane desbrigades néonazies à l’origine du coup d’État ukrainien du 21 février 2014].

Que proclamait ce manifeste ? Il proclamait que dans la période suivant la Guerre froide, la politique étrangère américaine devait être de faire tout ce qui est nécessaire pour maintenir l’hégémonie des États-Unis et son principal allié, le Royaume-Uni. Et d’empêcher la montée de la Russie, de la Chine, ou toute autre nation pouvant mettre à défi cette hégémonie. Le manifeste proclamait :

« L’histoire du 20e siècle aurait dû nous enseigner qu’il est important de façonner les événements avant que n’émergent les crises, et faire face aux menaces avant qu’elles ne deviennent désespérées. »

Qu’entendent-ils par « façonner les événements avant que n’émergent les crises » ? Que souhaitaient les membres du PNAC, bien avant le 11 septembre ?

Déjà en 1998, ses représentants faisaient ouvertement campagne pour un changement de régime en Irak, sous prétexte que Saddam Hussein possédait des armes de destruction de masse et qu’il était sur le point de les utiliser contre les Etats-Unis. Cela vous rappelle-t-il quelque chose ? Tel était le mensonge utilisé par Bush, Cheney et Tony Blair pour justifier le bombardement de l’Irak cinq ans plus tard, en 2003, en prétendant également que Saddam Hussein était, d’une manière ou d’une autre, lié aux attentats du 11 septembre.

Autre exemple qui fait froid dans le dos :

En 2000, le PNAC a publié un autre rapport intitulé « Reconstruire les défenses de l’Amérique », qui appelait à préserver la domination anglo-américaine par l’entremise d’un renforcement massif des moyens militaires, afin de « décourager la montée d’une nouvelle grande puissance concurrente », en particulier la Chine, qui devait faire l’objet d’un encerclement.

Le rapport appelait aussi à des changements de régime en Irak, en Iran et en Libye, essentiellement tous les pays de la région considérés comme hostiles aux intérêts anglo-américains. Le rapport appelait également à« consolider la victoire dans la Guerre froide en Europe par la création d’une Europe entièrement libre, de la Baltique à la mer Noire », en usant de révolutions de couleur tout autour de la Russie, incluant en Ukraine. Il faut se rappeler que ceci est écrit par Robert Kagan, le mari de Victoria Nuland.

Rappelons que Kagan avait explicitement attaqué John Quincy Adams [l’un des premiers présidents des Etats-Unis] pour avoir dit que « les Etats-Unis ne cherchent pas de monstres à détruire », auquel il répond :

« Pourquoi ne pas aller à l’étranger et chercher des monstres à détruire ? Car les Etats-Unis ont la capacité d’endiguer de nombreux monstres dans ce monde ; une politique consistant à s’asseoir sur une colline et à donner l’exemple devient en pratique une politique de couardise et de déshonneur. » D’où la politique impériale de changement de régime et de guerre perpétuelle.

La chose la plus effrayante concernant ce rapport, écrit un an avant les événements du 11 septembre, est qu’il reconnaît ouvertement qu’une telle politique d’armement et d’encerclement de la Russie et de la Chine nécessiterait un long moment pour sa mise en place dans des circonstances normales, dans un climat pacifique, en l’absence de « quelque événement catastrophique et agissant comme catalyseur, un nouveau Pearl Harbour ». Faudrait-il ensuite être surpris de voir comment ce dispositif allait se mettre en place dans l’heure suivant les attentats du 11 septembre ? Et que l’on serait prêt à lancer des guerres, la surveillance domestique, des tactiques d’État policier, et la torture ?

Il faut lire le rapport Feinstein en gardant tout ceci à l’esprit, en se souvenant des événements qui ont servi de toile de fond à ce programme de torture. Si Bush et Cheney souhaitaient véritablement remonter jusqu’aux responsables du 11 septembre et empêcher qu’un autre attentat de ce type ne se reproduise, alors pourquoi n’ont-ils pas permis la publication des 28 pages du rapport de la Commission d’enquête conjointe du Congrès sur le 11 septembre, décrivant le rôle de l’Arabie saoudite, sous la responsabilité de celui qui occupait alors le poste d’ambassadeur à Washington, le Prince Bandar ? Pourquoi Tony Blair a-t-il mis fin à l’enquête sur l’accord BAE/Al-Yamamah, qui aurait fait la lumière sur le soutien britannique à l’opération saoudienne du 11 septembre ? Pourquoi Obama refuse-t-il obstinément de relâcher ces 28 pages, toujours maintenues sous le sceau du secret ?

En lisant le rapport Feinstein, il est aussi utile de garder à l’esprit ce qu’a déclaré l’ancien vice-président Dick Cheney hier dans une interview sur la chaîne Fox News, à l’effet que ce rapport est « rempli de conneries » et qu’il avait lui-même « pleinement soutenu ce programme » [de torture], « que nous avions parfaitement raison de le faire et que je referais la même chose immédiatement ».

http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/larouche-apres-11-septembre.html






14/12/14
Catégorie: Politique : 

Auteur: vilistia (11:00 pm)

Thierry Meyssan : "Al-Qaïda assure la sécurité de l’État d’Israël à la frontière du Golan" vidéo








12/12/14
Catégorie: Politique : 

Auteur: vilistia (9:41 pm)

Jacques Chem


inade invité de JJ Seymour sur Tropiques FM

mercredi 10 décembre

Le 9 décembre 2014, Jacques Cheminade était l’invité politique de Jean Jacques Seymour sur Tropiques FM.

Les sujets abordés : l’économie de la Chine qui devance les Etats-Unis, mettre fin aux faux monnayeurs, notre coopération avec lesBRICS, sortir de l’OTAN, l’Euro et l’UE, l’opération Mistral, le danger de guerre, la chute du pétrole.







12/12/14
Catégorie: Politique : 

Auteur: vilistia (9:37 pm)

Guerre mondiale : il est minuit moins cinq

Karel Vereycken

De retour du Kazakhstan (premier fournisseur d’uranium et troisième fournisseur de pétrole à la France), l’avion présidentiel s’est posé à Moscou.

Pure coïncidence ou choix symbolique, François Hollande s’est entretenu le 6 décembre avec Vladimir Poutine sur l’aéroport même où le patron de Total, Philippe de Margerie, a perdu la vie. C’est le premier chef d’Etat occidental à se rendre à Moscou depuis le début de la crise ukrainienne.

Marquant une nette différence avec les Anglo-américains, Hollande a rassuré Poutine en soulignant qu’il était hors de question que la France soutienne l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Paris semble enfin avoir compris que tant que l’élargissement de l’OTAN restera à l’ordre du jour, rien de positif ne se passera.

Car en vérité, l’élargissement de l’OTAN à l’Est n’est qu’un nouveau nom pour le fameux « rollback », c’est-à-dire la politique de « guerre froide » des frères John Foster et Allen Dulles en 1952, visant à « libérer » les pays de l’Est du joug bolchévique. Pour s’y opposer, la France réaffirme sa position adoptée lors du sommet de Bucarest, en 2008, lorsqu’elle avait, avec Berlin, dit non au plan visant l’adhésion de la Géorgie et de l’Ukraine à l’OTAN.

La rencontre Poutine-Hollande n’est que la suite de plusieurs tentatives françaises de calmer le jeu. D’abord, en organisant cet été, en marge des commémorations des 70 ans du Débarquement allié en Normandie, la rencontre entre Poutine et Porochenko. Ensuite, seul chef d’État occidental à ne pas l’insulter, Hollande a fait monter Poutine dans sa voiture lors du G20 en Australie en novembre.

Depuis, la situation internationale n’a cessé de se dégrader. Digne des pires moments de la guerre froide, l’affrontement russo-américain fait penser à une locomotive folle lancée à pleine vitesse contre un mur. Adoptée le 4 décembre par 411 voix contre 10 et 13 abstentions, la résolution 758 de la Chambre des représentants, qui appelle le Président américain à se préparer à la guerre et somme la France de ne pas livrer les navires Mistral à la Russie, n’est pas vraiment un acte de « désescalade ».

L’affirmation, le 11 novembre, par le commandant en chef de l’OTAN, le général américain Philip Breedlove, que la Russie a « procédé à des mouvements de forces qui sont susceptibles d’être nucléaires » en Crimée, n’est pas non plus de nature à faire baisser les tensions.

De son côté, si Poutine garde son calme, il a cependant décidé d’annuler le projet de gazoduc South Stream (qui permettrait d’approvisionner l’Europe en gaz sans passer par l’Ukraine) et a rappelé le 4 décembre, devant l’assemblée de la Fédération, la défaite d’Hitler et de tous ceux qui ont tenté de soumettre la Russie à une puissance étrangère.

C’est l’ensemble de ces éléments qui a poussé la France à élever enfin la voix. De toute façon, constate Arnaud Dubien, directeur de l’Observatoire franco-russe, dans l’affaire ukrainienne « aucun autre pays occidental n’est plus, désormais, en mesure d’intervenir ».

En diabolisant à outrance Poutine, Obama a rendu impossible le travail de ses propres diplomates et Merkel, sous la pression d’on ne sait quel chantage, a désormais rallié le parti de la guerre, alors que dans un appel publié dans l’hebdomadaire Die Zeit, une soixantaine d’anciens hommes d’État allemands rejette l’idée d’une nouvelle guerre en Europe.

Arnaud Dubien conclut :

François Hollande endosse l’habit de médiateur. Rien n’est gagné, mais aujourd’hui, on risquerait bien plus à ne rien faire qu’à entreprendre ce type de démarches. (…) On ne peut donc que se réjouir de cette rencontre Hollande-Poutine. Il faut éviter que les relations franco-russes n’entrent dans une spirale négative, à l’instar des relations russo-américaines ou russo-européennes dans leur ensemble.

La France n’accepte pas la situation actuelle. Car le vrai clivage n’est pas entre les pays dits « pro-russes » et ceux « anti-russes » : il se situe entre les pays qui se satisfont d’une possible nouvelle guerre froide et les autres. Et la France n’a pas intérêt à ce qu’un nouveau mur soit érigé entre la Russie et l’UE.

Cette prise de conscience, nous l’espérons, permettra au Président français de trouver le courage nécessaire pour lancer la grande réforme capable d’enrayer la logique de guerre : celle d’un système financier mondial en faillite qui, lui, préfère la guerre à la fin de son monopole.

http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/guerre-mondiale-hollande.html





« 1 ... 37 38 39 (40) 41 42 43 ... 179 »

Copyright © 2011 - Blog-Media - La plateforme multi-blogs du Net