Blog-Media

Pour le dire

Expédié 13/02/2009 23:50:00
Auteur flotiront
Depuis longtemps, j'ai salué ce jour,
Où l'existence ne serait plus une suite infernale d'étendues désertiques,
de trous noirs, de tunnels interminables, de nuits glaciales
et de descentes vertigineuse,
Où vos os se dessèchent, votre âme suffoque.

Autour de moi se mouvait tout un monde,
Affairé à je ne sais quoi,
Affichant des airs et des expressions qui me disaient je ne sais quoi,
Et courant après je ne sais quoi.

Mon regard s'arrêtait sur un magnifique coucher de soleil,
Mon oreille retenait un air de musique qui me renvoyait à une certaine adolescence,
Mon nez se plaisait à saisir ici et là des parfums aux essences diverses,
Mon intelligence captait des images tantôt attendrissantes, tantôt provocantes ...
Et, pourtant, je restais dépourvu d'un vocabulaire,
Qui m'empêchait de décrire une autre réalité, ma propre réalité.

J'aurais souhaité rencontrer quelqu'un qui m'aide à dire ce qui brûlait en moi,
Me consumait sans cesse, me dévorait sans que cela doive s'arrêter,
Une présence capable de me tendre la main et de m'inviter,
Par un sourire généreux, à entreprendre cette aventure avec moi-même.
Cette aventure qui commence avec soi-même et nous conduit vers l'autre.

Pouvoir, c'est oser croire,
En sa place, en sa mission sur cette terre.

Mais voilà, cette entrée en scène est parfois bien périlleuse, bien difficile.
Personne ne vous délivrera le laissez-passer,
Tant que vous n'aurez pas su le dire avec vos propres propos.
Car l'on vous jugera, l'on vous estimera avec cette capacité,
D'avoir pu ou de ne pas avoir pu dire les choses,
A la convenance et à la satisfaction de vos interlocuteurs.

Sous ce soleil, j'ai remarqué que le voyage peut prendre beaucoup de temps,
Entre le désir d'exprimer quelque chose et le passage à l'acte,
Qui consiste en une déclaration faite toute de mesure, de justesse et d'équilibre.

Pouvoir dire ce qui est vrai, authentique, pour l'homme que je suis aujourd'hui,
S'apparente à cette période que toute mère vit profondément
Pour la venue de son future enfant.
Telles sont les douleurs de l'enfantement,
Telles sont aussi les douleurs de celui,
Qui les accepte, sachant qu'elles seront,
Pour lui aussi, cette substance même lui permettant,
Un jour d'écrire sa propre histoire.

Je crois en une richesse intérieure,
Qui ne se négocie pas au guichet d'une banque,
Ni dans les hauts-lieux de la loi de l'offre et de la demande,
Et encore moins sur un papier-valeur qui n'a d'autre valeur que celle du jour.
Richesse bien incertaine, bien aléatoire.

Comme il y a des saisons qui président à l'émergence de la vie,
Il y a aussi des temps pour le coeur,
Seul dépositaire d'une destinée qui se veut glorieuse.

Pouvoir dire ce que l'on ressent,
S'identifier pleinement à sa propre passion, ses propres rêves,
S'abreuver de cette force vive qui vous propulse vers cette terre promise,
Que chacun de nous peut réclamer,
N'est-ce pas là le véritable point de convergence de notre liberté d'humain ?
Car ce joyau est parfois si difficile à extraire,
Pris par la vase de nos peurs, de nos craintes quant au qu'en dira-t-on.
A force de ne pas oser, au risque de déplaire,
Nous en oublions son existence même.
Pouvoir le dire, sans détours, ni mesquinerie,
Avoir le courage de rester fidèle à soi-même
Est une entreprise qui nécessite bravoure et audace.

Pouvoir dire les choses,
Dans la sublimité d'un moment unique,
D'une émotion qui vous emporte jusqu'à l'extase,
D'une révélation qui vous ouvre de nouvelles voies,
C'est se sentir vivant,
C'est prendre sa place dans le monde,
Qui est composé de chacune de nos histoires.

Ne pas pouvoir est le cri qui jaillit d'un être mis à terre,
Par une blessure trop profonde qu'il n'a su éviter,
Que personne ne suspectera,
Parce qu'un homme se croit, bien trop souvent, faible,
S'il lui prend cette drôle d'idée,
De parler de sa propre souffrance,
Telle une encre noircissant son coeur.

J'ai longtemps pensé que mon existence ne pourrait trouver d'issue favorable,
A ce qui semblait devoir être une partie jouée d'avance,
Un scripte dont les rôles avaient déjà été attribués.

Mais aujourd'hui, je goûte à un bonheur exquis,
Bonheur que je n'osais concevoir.

Pouvoir dire,
A celui qui viendra s'asseoir à mes côtés,
Acceptera de se mettre à ma table,
Dans le seul désir de partager le verre de l'amitié,
Les souvenirs d'ici et d'ailleurs qui sont les miens,
Les musiques qui remplissent ma tête,
Les rêves d'un adolescent en quête d'identité,
Les amourettes qui apportaient un peu de piment dans son quotidien si banal,
Les peurs qui hantaient ses nuits.

Tout n'est pas dit dans cette immense communauté si diversifiée, si coloriée
Qu'est notre monde.
Cela est de bonne augure,
Car il y a encore bien des choses que j'espère pouvoir dire,
Que se soit sur une simple feuille de papier, sur un arrangement musical, sur des planches.




Ce blog commence depuis Blog-Media
http://blog-media.info

L'URL de ce blog
http://blog-media.info/modules/weblog/details.php?blog_id=4173