ID Passe
Moi aussi, je veux un Blog : je m'inscris ICI
Menu Principal
Moteur weBlogs
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Conserver

Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Stats inscriptions
 Inscrits:
  aujourd'hui: 0
  hier: 0
  Auteurs: 216
Dernier: LadyCorner

 En ligne:
  Invités : 0
  Auteurs : 4
  Total: 4
[Détail]
 Infos site

Historique
«  «  2020 Juillet  »  »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1
Promo

Top-Five !
1 Keltouma 712
2 motpassant 614
3 vilistia 433
4 atanetbout 343
5 lydwine 238
.../...

Telecharger Skype - France , le portail du téléphone gratuit

Noogle, fournisseur de sites web

BLOGs - Articles de flotiront
 Publier les articles de flotiront

Catégories


Articles les plus récents
30/12/2019

Auteur: flotiront (4:14 pm)
L'horloge du village s'élance fièrement
Dans un ciel qui reste bien bas en ce matin de novembre.
Il semble figé, comme une chape de plomb.
Pas un souffle, ni même une brise infime.
Les arbres dépouillés de leur feuillage
Et qui les rendent si frêles que rien ne peut les consoler.
Même leurs hôtes habituels, aux plumages si coloriés,
Lorsque l'été s'égaie et fait entendre ses mélodies
Toutes plus surprenantes les unes que les autres,
Désertent leur hospitalité et leur ombrage.
Au pied de cet édifice s'étire un grand parc public.
Mais ce matin il semble bien désert et je cherche désespérément une présence.
Il est vrai, quelques bancs, à l'aspect usé par les ans, restent non occupés.
Je marche tranquillement sur un chemin tout en gravier
Qui forme une sorte de grande boucle.
En quelques endroits s'offre à mes yeux de magnifiques parterres
Qui attendent un nouveau printemps.
Je hume déjà leurs prochaines senteurs, leurs vives couleurs et leurs formes élancées. Mais pour l'heure, ils se sont mis en éveil.
Pourtant, le silence n'est pas dans son absolu.
Il y a tout de même quelques bruits qui attestent la présence d'une vie.
Car une forme allongée, svelte et de couleur brun foncé,
S'élève du sol avec une vitesse prodigieuse.
Je me rapproche de cet habitant des lieux et je peux le voir plus nettement.
Il s'arrête brusquement.
A-t-il détecté ma présence ? Quelque chose l'a-t-il arrêté dans sa course ?
J'ai l'impression qu'il feint de me voir.
Il tourne légèrement sa petite tête en guise de salutation,
Puis reprend son ascension de plus belle.
Il me laisse au pied de cet abre et moi j'essaie d'imaginer son agenda du jour.
Notre conversation n'aura duré que quelques instants.
Mais je suis heureux d'avoir pu rencontrer Monsieur Ecureuil
Et je poursuis ma propre route.
Cette rencontre fortuite aura réjoui mon âme et je me dis
Que l'existence peut s'illuminer de petits événements propres
A vous rappeler que le bonheur est souvent tout près de soi.
03/12/2019

Auteur: flotiront (10:54 am)
La pluie s'écoule paisiblement.
Elle suit le chemin tout en asphalte,
Personne ne l'arrête, personne ne lui tient la conversation.
Sa quantité ne dépend pas d'une décision d'homme,
Encore moins d'une prévision météorologique.
Ses gouttes pas plus grosses que des billes,
Se plaisent à frapper le sol rendu si sec par les chaleurs de l'été.
Elles tombent drues, raides comme des ficelles.
Par endroits, elles forment des retenues d'eau,
Sortes de flaques propices à une multitude d'êtres microscopiques.
L'humain que je suis lui prête parfois une oreille attentive,
Car elle sait allier topographie et mélodies.
Je l'entends chanter, fredonner.
Son chant est doux sur les franges de ces toits,
Dont l'odeur de chaume vient émoustiller mes narines.
Mais cette pluie change soudainement de registre.
Elle devient plus imposante, plus fougueuse.
Au détour d'un petit sentier de forêt,
Mes yeux s'émerveillent, mon âme sublime.
Une série de petites cascades se jouent d'une série de dénivelés,
Produisant une sorte de poussière d'eau.
Le soleil couchant vient caresser alors cet étrange ballet aérien,
En lui donnant une dorure qui me laisse sans voix.
Je viens d'être l'heureux visiteur d'un spectacle grandeur nature,
Qui restera à jamais gravé dans ma mémoire d'homme.
10/03/2019

Auteur: flotiront (9:26 am)

La souffrance est comme une errance de l'âme,
Un point de rupture qui vient ébranler le monde des certitudes.

Sa feuille de route se fait loin des avenues aux noms illustres,
A l'écart de scènes balayées par de puissants projecteurs.

Elle s'inscrira sur les sillons de son coeur,
Chargé alors de larmes et de sang recueillis au fil du temps.

Elle est propice à nous interpeller,
A oser bousculer notre cadre de références, nos schémas de pensée bien arrêtées.

Sommes-nous aujourd'hui encore capable,
De lui donner une place dans ce monde si individualiste ?

Elle m'a apprise bien des choses ...
Dont l'une, certainement, est d'avoir cessé d'être le centre de l'univers pour apprendre à accueillir l'Autre.

13/02/2015

Auteur: flotiront (9:42 pm)
La mer est là devant moi,
Avec ses couleurs bleu-vert et son ciel,
Qui semble plonger dans un horizon imaginaire.

Tout est calme en ce lieu, tel un sanctuaire,
Que l'on dirait oublié des hommes.
L'air est chaud, mélangé à une humidité,
Qui dissuade toute activité humaine.

Je me dis que cet endroit est vraiment paradisiaque.
Et aussi loin que porte mon regard d'homme,
Je me sens bien petit face à cette immensité
Qui m'environne de toute part.
Il y a quelque chose de lumineux dans ce décor qui paraît surnaturel,
Comme projeté hors du temps.

Et puis, je m'envole vers une autre destinée,
Un coin de terre sauvage habité de petites maisons
Peintes dans un blanc immaculé et qui font contraste
Avec cette étendue d'eau en contrebas,
Qu'un pinceau venu de nulle part s'est ingénié à rendre plus éclatant,
D'une couleur bleu océanique.

Assis sur ma terrasse et tout à mon aise,
Confortablement installé sur ce siège moelleux et tout en bois massif,
Je me délecte d'un paysage enchanteur,
Quand tout à coup j'aperçois une étrange embarcation,
Dont la voilure a pris la forme d'une sorte de croissant doré.
Elle glisse sur cette surface lisse,
Comme si une bouche invisible s'amusait à lui prodiguer le souffle nécessaire.

Mystère d'une scène grandeur nature, mystère qui perdure,
Et qui viendra agrémenter mon âme d'explorateur intarissable.
11/02/2015

Auteur: flotiront (5:59 pm)
Le premier ne perd jamais le nord,
Le second fonce plein sud,
Le troisième s'arrête toujours à la gare de l'Est
Et le dernier vous tiendra toujours le même discours :"A l'ouest, rien de nouveau"

Ils ne tiennent aucune comptabilité,
Ne sont soumis à aucun ordre
Et préfèrent les blondes aux brunes.

Vous les trouvez bien souvent sur des cartes géographiques,
Ils traversent toutes les latitudes,
Sont habitués à tous les climats.

Ils ont donné leur voix à certains films
Tel que "L'inconnu du Nord Express" qui s'inscrit dans la trame des premiers romans policiers
Ou "Les Bêtes du sud sauvage" mettant en scène un jeune garçon du bayou
Qui se trouve soudainement confronté à la furie des éléments naturels.
Il y a bien évidemment le genre spaghetti avec des titres mythiques
Comme "Il était une fois dans l'ouest",
Et pour achever ce petit tour d'horizon "A l'est d'Eden",
Inspiré du verset biblique relatant la fuite de Caïn après le meurtre de son frère Abel.

Intrigues, complots, messes-basses, rumeurs,
Autant d'ingrédients qui sont parfois venus jouer les trouble-faits
Dans le monde bien tranquille des icônes, des cierges et des rituels,
Et de leurs servants et accessoires faits d'or et d'argent.

L'histoire retiendra quelques noms illustres qui auront marqué
Leur temps, leur époque,
Tel celui de Richelieu, premier conseiller à la cour de Louis XIII et
Affichant un goût prononcé pour le faste, l'éclat et la puissance
Appelé aussi L'homme Rouge
Ou encore celui de Marie Cardinale, romancière française dont
L'oeuvre maîtresse reste "Les mots pour le dire", sorte de psychanalyse
retraçant des moments forts de sa vie.
Jules Mazarin, ce nom vous inspire-t-il quelque chose ?
Il sera nommé en 1640 Cardinal de la couronne de France grâce au soutien
De Richelieu, devenu son protecteur et ami.
Comme quoi le monde n'est pas si grand qu'on ne le croit
Et l'Histoire s'en est fort bien servie,
Pour le bonheur des uns, pour le malheur des autres me direz-vous.
Mais peut-on contenter tout le monde ?
Et puis, petit détail intéressant, il semblerait même qu'un tendre sentiment
le liait à une certaine grande dame, régente par sa fonction et qui n'était autre qu'Anne d'Autriche.
En 2014, l'on célébra avec beaucoup d'émotion la disparition du cardinal Malula, figure emblématique chère au coeur de tous les congolais.
Les archives retiendront encore celui de Fleury,
Nommé précepteur du roi Louis XV
Et élu en 1717 à l'Académie française.

La Sorbonne, le Palais-Cardinal appelé plus tard Palais-Royal,
Hauts lieux de la théologie, de l'histoire de France et de la vie parisienne.
L'architecture a eu aussi sa part du gâteau.

Comme quoi le mot cardinal a bien pignon sur rue,
Se manifestant à travers les activités, les réalisations et les entreprises du genre humain.
Il a encore un bel avenir devant lui,
Au risque de faire mousser certains esprits réfractaires à la globalisation.

Je conclurai ce petit voyage qui se veut à la fois culturel, par moments burlesque avec cette citation qui me le rend bien :

"Il faut affronter la réalité avec une pointe d'humour ; autrement, on passe à côté"

(1) 2 3 4 ... 6 »

Copyright © 2008 - 2020 - Blog-Media - La plateforme multi-blogs du Net