ID Passe
Moi aussi, je veux un Blog : je m'inscris ICI
Menu Principal
Moteur weBlogs
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Conserver

Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Stats inscriptions
 Inscrits:
  aujourd'hui: 0
  hier: 0
  Auteurs: 220
Dernier: Laetitia80

 En ligne:
  Invités : 0
  Auteurs : 3
  Total: 3
[Détail]
 Infos site

Historique
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
Promo


Top-Five !
1 Keltouma 712
2 motpassant 614
3 vilistia 433
4 atanetbout 342
5 lydwine 238
.../...

Telecharger Skype - France , le portail du téléphone gratuit

Noogle, fournisseur de sites web

BLOGs - Articles de motpassant
 Publier les articles de motpassant

Catégories


Articles les plus récents
22/08/2008

Auteur: motpassant (11:30 am)

 La nuit était tombée lorsque Jordan se réveilla. Le bateau était silencieux. Aucune lumière.

Il était solidement attaché à la couchette de la cabine avant.

Astrid était allongée dans le carré. Elle avait de plus en plus de difficulté à se concentrer. Le manque  de traitement lui provoquait des maux de têtes violents ainsi qu' une perte de repères dans ses mouvements. Si elle fermait les yeux, tout tournait autour d' elle.

Elle essayait de réfléchir à ce qu' elle allait faire et bien qu' elle ait une idée, elle n' arrivait pas à la finaliser.

Elle savait que la police la retrouverait rapidement, il ne s' était passé qu' à peine quarante-huit heures depuis son évasion et elle se doutait qu' inévitablement elle serait repérée d' une manière ou d'une autre.

- Astrid !

Elle se leva lentement pour éviter les vertiges et se dirigea vers la cabine de Jordan.

- Alors, on fait moins le malin ! Tu vas rester là tant que je le voudrais ! Tu ne te doutes pas pourquoi tu es attaché sur ce lit ? Réfléchis un peu ! Tu vas payer pour ce que tu as fait à ma soeur  ! Est-ce que tu peux te douter un instant de l'amour que j'éprouve pour ma soeur ? Non ? Ca ne m'étonne pas, tu n'es qu'un égoïste ! Ma soeur est tout pour moi, c'est elle qui m'a relié à la vie, cette vie dans laquelle je n'ai jamais pu entrer ! Elle était mon oxygène ! Elle était moi ! J'étais elle ! Et toi tu as détruit ma soeur, tu l'as défiguré ! Tu vas payer pour ça, tu comprends !

Elle lui parlait à quelques centimètres du visage et il se rendait compte qu'elle perdait la raison. Son visage était marbré de tâches blanches.

- Je vais faire venir Cécile et on te fera subir ce qu'elle a vécu ! Ca te va !

Jordan se rendait compte qu'il était trop tard pour discuter et qu'il fallait qu'il se sorte tout seul de cette situation.

- Tu as raison, appelle Cécile.

- Bien sûr que j'ai raison, mais ne te réjouis pas trop !

Le bateau était amarré à Viviers dans l'Ardèche. C'était un petit port de plaisance d'une quarantaine de bateaux et celui de Jordan était connu. Il aimait beaucoup cette région située pas très loin des Gorges de l'Ardèche, au sud de Montélimar. il y avait effectué de nombreuses randonnées à pied et à moto. Il se dit qu'inévitablement un de ses amis du port voudrait le saluer et cela le rassura. Il suffirait d'attendre.

- Allez-y, appeler votre soeur et qu'on en finisse.

- Taisez-vous et n'essayez pas de vous libérer ou je vous casse une jambe ou peut-être même les deux !

- Vous ne savez plus ce que vous faites.

- Ne vous occupez pas de ce que je fais !

Cécile venait de se coucher quand elle entendit le téléphone.

- Cécile  ?

Elle reconnut immédiatement la voix de sa soeur.

-Astrid ! Où es-tu ? Astrid, mon petit, dit-moi où tu-es ! Tout le monde te recherche !

- Laisse-moi parler ! Je vais très bien. Je veux que tu viennes me rejoindre.

- Où es-tu?

- Viens me rejoindre, je suis sur un bateau.

- Sur un bateau ?

- Oui ! Viens tout de suite ! Amène-moi des calmants, j'ai mal à la tête. Viens Cécile, j'ai besoin de toi !

- J'arrive. Dis-moi où je dois aller !

Cécile s'était installé à Uzès peu de temps après la mort des ses parents. Elle avait acheté un appartement dans le centre-ville. Pour rejoindre Astrid, elle devait faire environ 90 km et il faudrait au moins une heure pour rejoindre sa soeur. Devait-elle prévenir la police ? Elle hésitait. Elle voulait revoir sa soeur avant, mais elle se dit qu'il serait plus sage de prévenir le chef de la gendarmerie avec qui elle avait de très bons rapports et dont elle pensait pouvoir obtenir un délai avant d'intervenir. Celui-ci lui accorda une heure.

Grâce à l'autoroute, elle arriva très vite et se rendit au port. Elle dut traverser le ponton pour arriver au bateau de Jordan. Elle n'entendait rien. Ne voyait rien de particulier.

-Astrid ! C'est moi Cécile !

Elle attendit encore un moment avant d'apercevoir Astrid.

- Cécile ?

- C'est moi ! Viens vite !

- Oh, Cécile, j'ai si peur. J'ai mal. Je suis mal.

- Explique-moi ce que tu fais ici.

Elle ne voulait pas lui dire tout de suite que la police allait arriver. Astrid tremblait dans ses bras.

- Raconte-moi, ma petite, je suis là maintenant, tu ne risques plus rien. Je vais te donner les calmants que j'ai trouvé à la maison, ça te soulagera.

- Il est là, Cécile. Je l'ai retrouvé ! Il est dans le bateau !

- De qui tu parles ? Calme-toi. Repose-toi contre moi.

- Puisque je te dis que je l'ai retrouvé ! Il est là, je l'ai attaché ! Tu vas pouvoir te venger. On va lui faire subir ce qu'il t'a fait subir !

- Astrid, je ne comprends rien ! De qui tu parles ?

- De Jordan ! Jordan ! Tu te souviens de Jordan ? Il est là, je l'ai attaché pour toi ! On va se venger! Viens !

A suivre...

21/08/2008

Auteur: motpassant (1:27 pm)

- Tiens, bonjour ! Comment allez-vous ?

- Très bien, merci et vous ?

- Oh, je rentre de vacances, j'ai repris le boulot hier, c'est dur, mais c'est comme ça. Et vous ?

- Et moi quoi ?

- Ben, vous êtes partis ?

- Oh, non, je pars rarement. Je préfère rester à la maison.

Interrogation.

- Même pas quelques jours ?

- Ben, non.

- Ah, bon.

Qu'est-ce que je fais ? Je me justifie ? Je passe pour un vieux con qui ne veut pas bouger de chez lui ? Je lui dis que je ne peux pas laisser mon jardin, plein de haricots et de tomates ? Je lui dis que je déteste les bouchons ? Que je n'aime plus rouler ? Que ma voiture n'est pas récente ? Que je n'ai plus les moyens de partir ? Que je viens de prendre un chat et que je ne veux pas le laisser ? Que j'héberge une vieille tante ?

Je suis entré, sans m'y attendre dans la catégorie de ceux qui ne partent pas.

20/08/2008

Auteur: motpassant (5:21 pm)

57
 La silhouette brune au teint mat se prépare dans sa salle de bain. Elle est consciente de sa beauté.

Simplement vêtue d'un long peignoir blanc ouvert, elle marche doucement vers le lit où repose l'homme qu'elle aime.

Il  a les yeux mi-clos, fatigués et creusés. Ses cheveux noirs rejetés en arrière découvrent un large front blanc et un visage amaigri au teint blanc, presque gris.

Le puissant soleil d'été tente de s'infiltrer au travers de l'épais rideau d'un vert tendre rassurant.

La jeune femme ôte son peignoir et s'installe par-dessus son compagnon avec beaucoup de précautions.

- Je ne te fais pas mal ?

- Non.

- Je t'aime, mon amour.

Il tente d'esquisser un sourire comme si déjà ses muscles ne répondaient plus à ses sollicitations.

Le buste de la femme est bien droit. Elle lit dans son regard. Il demande qu'elle lui prenne les mains et qu'elle les pose sur ses seins. Elle sent les mains froides l'entourer et sent même une légère pression.

- Merci.

- Ne dit rien. Laisse-toi faire.

Elle l'absorbe. Elle veut par ce geste lui redonner la vie qui le quitte. Son magnifique corps déborde d'amour et de sensualité. Ses longues mains parcourent le torse creusé de cet homme qu'elle admire tant et dont elle n'accepte pas le départ.

Elle se redresse et le prend en elle. Ses yeux se ferment. Se rattachent aux souvenirs de leurs étreintes. Il n'a plus la force de l'accompagner, mais elle sait qu'il est en communion. Ses mouvement sont doux et assurés.

Il était si beau. Il s'étaient rencontrés très jeunes et leur amour avait résisté au temps. Comment accepter que cette maladie les sépare ? Leurs corps ne faisaient qu'un depuis tant d'années.

- Je ne t'abandonnerai pas.

- Je sais ... 

19/08/2008

Auteur: motpassant (5:36 pm)

Le net n'est qu'un relais de l'information traditionnelle.

Il faut objectivement le constater.

Les blogs sont remplis d'articles inspirés et trouvés dans la presse traditionnelle. Et même celle-ci se copie et utilise les mêmes sources en les analysant selon sa sensibilité et son lectorat.

A part des créations littéraires, des blogs photos, que sont les blogs, sinon des relais ? Combien de copié-collé ?

Même les quelques blogs qui se sont créés du genre de Rue 89, Médiapart, Bellaciao, etc... que font-ils ? Que font leurs journalistes à part se reporter dans les grands quotidiens ou hebdomadaires pour ajuster à leurs sauces les différents sujets ?

Il faut noter par ailleurs que tous ces médias soi-disant " indépendants" ou "nouveaux" sont tous de gauche.

Il n'y a aucune inventivité en matière d'info sur le net et le croire s'est se tromper lourdement.

Prenez l'exemple d'aujourd'hui concernant la perte de dix soldats français. Dès l'info parue dans les médias traditionnels cette info a fait l'objet de billets identiques à la source en y rajoutant tout simplement sa tendance politique.

En matière d'informations le net est n'est en fait qu'un grand défouloir et si l'on veut s'informer sérieusement il faut se reporter a la presse traditionnelle. Il y a suffisamment de choix.

Ça me rappelle les radios libres dans les années 80.

17/08/2008

Auteur: motpassant (10:40 am)

Je viens d''avoir une idée pour vous réveiller !

Et ce malgré le mauvais temps ! La pluie et tout et tout !

Si je vous dis que je soutiens Sarkozy et que Ségolène Royal représente le comble du ridicule !

Si je vous dis que cette " adoration pour le Dalaï Lama est tout aussi ridicule !

Si je vous dis que de vouloir donner des leçons à la Chine et le summum de la bêtise ! ( Je ne voulais pas utiliser ce mot, mais je reste poli )

Voilà, je pense que cela suffit pour vous réveiller ! Mais s'il faut en rajouter une couche, vous n'avez qu'à me le dire ! Par exemple, je peux vous parler de la démagogie ridicule et insupportable que l'on doit absorber sur le problème de l'immigration

« 1 (2) 3 4 5 ... 123 »

Copyright © 2016 - Blog-Media - La plateforme multi-blogs du Net