| Mon Blog | Ecrire un article | Profil | Mode d'Emploi |




Identifiant :

Mot de passe :

Conserver

Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !


 Inscrits:
  aujourd'hui: 0
  hier: 0
  Auteurs: 213
Dernier: matieux

 En ligne:
  Invités : 0
  Auteurs : 7
  Total: 7
[Détail]
 Infos site



«  «  2021 Avril  »  »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1




1 Keltouma 712
2 motpassant 614
3 vilistia 433
4 atanetbout 345
5 lydwine 238


Telecharger Skype - France , le portail du téléphone gratuit

Noogle, fournisseur de sites web



BLOGs - Articles de vilistia
 Publier les articles de vilistia

Catégories


Articles les plus récents
25/12/2015
Catégorie: Politique

Auteur: vilistia (1:36 am)

Évasion fiscale : « On a affaire à des oligarchies nationales complètement vérolées » vidéo document

Par le 23 décembre 2015

Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon - DR

Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon – DR

Ne vous fiez pas à l’apparence inoffensive de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Dans leur dernier ouvrage « Tentative d’évasion (fiscale) », les deux sociologues égratignent une fois de plus nos puissants. Et racontent comment, de Bercy à Genève, la fraude fiscale est désormais un système au service de l’oligarchie. Signe du destin, The Dissident les a rencontrés à Paris, à la station… Luxembourg !

The Dissident : Au début de votre essai, on comprend que les affaires Cahuzac et Liliane Bettencourt ont été le déclencheur du livre.

Monique Pincon-Charlot : Dans Le président des riches (Zones, 2010) il y a déjà des choses sur les paradis fiscaux. Dans Les ghettos du gotha, il y a l’histoire de la famille Mulliez, propriétaire du groupe Auchan, et de son emménagement à Estaimpuis, en Belgique, à 300 mètres de la frontière française. C’est un sujet sur lequel on se documente depuis le début de notre travail. On a eu des lectures très nombreuses… et très rasoir ! Le sujet n’est pas drôle du tout. Et il y a un an pile, on est partis en Suisse pour ce livre.

Qu’y apprend t-on ?

Il n’y a aucun scoop : les membres de la noblesse et de la bourgeoisie qui sont cités sont déjà dans la presse. L’intérêt de notre livre, c’est de montrer une classe sociale mobilisée au-dessus de tous les États pour ne pas contribuer à la solidarité nationale.

À l’époque des Ghettos du gotha, vous avez eu accès à des cercles très fermés. Aujourd’hui, est-ce plus compliqué d’avoir accès aux informations ?

Michel Pinçon : C’est difficile de travailler sur la fraude fiscale ! Dans nos travaux antérieurs, on a eu des informations par des gens de ce milieu. Mais c’est carrément tabou de leur demander comment ils gèrent leur patrimoine, de fraude fiscale, de paradis fiscaux. On a obtenu des informations diverses et variées, souvent de militants. Au Luxembourg et en Suisse, des groupes de résistance dénoncent la connivence de leurs États avec cette fraude fiscale.

Le Luxembourg est un des lieux privilégiés de la fraude fiscale. Amazon y a construit son siège social sur une presqu’île, dans la vieille ville de Luxembourg. Il y a juste de quoi loger une cinquantaine de salariés ! Ce n’est pas là où se font réellement les choses. Cela permet tout simplement d’y inscrire les bénéfices d’Amazon et d’être très peu taxé. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a été Premier Ministre du Luxembourg. On a la tête de l’Europe un individu qui un est complice évident de la fraude fiscale. C’est d’un cynisme… Ils sont tous complices : Juncker, Obama, le pourfendeur de la finance que se prétendait Hollande quand il cherchait des voix.

Monique Pinçon-Charlot : En 2010, le lanceur d’alerte Antoine Deltour a dévoilé le nom de tous les rescrits fiscaux1 qu’il a pu recopier avant son départ de l’un des big four, c’est-à-dire l’un des quatre plus grands cabinets d’audit financiers, le cabinet PWC. À l’époque, Juncker était ministre des Finances du Luxembourg. Il ne pouvait pas ne pas être au courant. En récompense, l’oligarchie l’a coopté comme président de la Commission européenne. Tandis qu’Antoine Deltour est poursuivi pour violation du secret des affaires et encourt cinq ans d’emprisonnement. Son procès aura lieu en janvier au Luxembourg.

Comment remonter le fil de ces évasions fiscales ?

Michel Pinçon : Nos sociétés dites démocratiques fonctionnent avec énormément d’interdits, de secrets. En particulier le secret fiscal. En France, on peut consulter les revenus d’une personne auprès de l’administration fiscale. Au bureau des impôts, vous pouvez demander à voir les déclarations fiscales des gens qui habitent votre quartier. Mais on surveille que vous ne preniez pas de notes. Si vous révélez les sommes que gagne telle personne, vous êtes automatiquement condamné à une amende correspondant au montant de ce que vous avez révélé. Si vous dites que Monsieur Untel a déclaré 2 millions de revenus l’année précédente, vous êtes imposé de la même somme. Ça refroidit les tentatives de révélation ! Pour les fraudes fiscales, ce sont des documents secrets auxquels même les employés des impôts n’ont pas accès. C’est le secteur bancaire qui garde ces documents à l’abri.

Monique Pinçon-Charlot : Il y a une multiplication des secrets : secret fiscal, secret bancaire, secret des affaires. Dès qu’on touche aux problèmes de la défense, c’est le secret défense. Le travail d’investigation peut toujours tomber sous le coup du secret des affaires. Être lanceur d’alerte relève de l’exploit. S’est mis en route un système de protection des lanceurs d’alerte, qui n’est pas encore parfait. Ce sont des grains de sable dans la machine oligarchique de ceux qui dorment dans les beaux quartiers.

Et le rôle des services fiscaux contre les fraudes ?

Monique Pinçon-Charlot : Tous les grands procès en cours – UBS France, HSBC France ou le Crédit mutuel – ne sont jamais le résultat de la traque des services fiscaux de Tracfin. Ces informations peuvent venir d’un conflit familial : les 80 millions d’euros de Liliane Bettencourt non déclarés en Suisse ont été révélés par le procès initié par sa fille. Elles peuvent aussi venir de lanceurs d’alerte comme Stéphanie Gibaud, Nicolas Forissier, ou Olivier Forgues à UBS France.

Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, il y a une machine de guerre très sophistiquée. Dans le reportage sur le Crédit Mutuel2, les spectateurs ont vu le système des poupées gigognes. On part d’un compte numéroté pour construire des sociétés écran, on fait des fiducies en utilisant des noms d’écrivains comme pseudonyme. Seul le chargé de clientèle connaît le véritable nom du client. Ça, ce n’est pas informatisé ! UBS France a démarché sur le sol français des Français pour rapatrier leurs avoirs en Suisse. Ils avaient des « carnets du lait ». C’est-à-dire une double comptabilité.

Dans votre livre, vous expliquez comment un directeur de la Direction nationale d’enquête fiscale (DNEF) a été placardisé pour avoir voulu traiter le cas Falciani (ancien salarié de HSBC, qui a livré des informations sur 130 000 comptes appartenant à des exilés fiscaux présumés).

Monique Pinçon-Charlot : On a pu interviewer de façon anonyme six inspecteurs des impôts qui témoignent du fait qu’ils ne peuvent plus vraiment faire leur travail. Dès qu’il s’agit d’une personnalité, tout est cloisonné. Ils n’ont pas accès à l’ensemble des informations. Il y a toute une machine, qu’on décrit dans le chapitre sur Bercy, faite pour préserver les intérêts des plus riches.

On apprend aussi que les paradis fiscaux ne sont pas toujours là où on le croit…

Ed. Zones, 2015

Ed. Zones, 2015

Michel Pinçon : Les entreprises se réfugient dans des îles où elles ne font rien à part engranger des bénéfices sans payer d’impôts. Les îles Vierges britanniques, les Bermudes… une dizaine d’îles au total. Mais c’est trompeur. L’un des paradis fiscaux les plus importants est le Delaware, ce petit État américain entre New-York et Washington. Il y a plus de sociétés que d’habitants. C’est un paradis fiscal sous la houlette du gouvernement américain. C’est un secret de polichinelle. Dans une des éditions du Bottin mondain, il y avait une publicité pour les facilités fiscales qu’offre le Delaware aux Français. Il y avait même une adresse à Paris ! Depuis qu’on l’a signalé, elle a été fermée. Mais ça continue de fonctionner sous une autre bannière. C’est étonnant, puisqu’Obama se veut pourfendeur des inégalités… Mais il ne parle jamais du Delaware !

Monique Pinçon-Charlot : Il n’a toujours pas signé l’accord historique du 29 octobre 2014 à Berlin, dans lequel quatre-vingt-dix pays ont ratifié l’échange automatique d’information entre administrations fiscales. Mais pas les États-Unis. La fameuse loi TAFTA élaborée sur recommandation de Barack Obama est à sens unique. Sous peine de ne plus avoir d’activités aux États-Unis, tous les pays du monde doivent déclarer les citoyens américains qui ouvrent des comptes non déclarés. Par contre, le Delaware n’est pas tenu à une réciprocité. Il y a une guerre fiscale. Et les États-Unis veulent détourner l’argent de l’évasion fiscale à leur profit.

Quelle morale peut-on tirer de tout ça?

Michel Pinçon : Une conclusion de notre livre, c’est qu’on a affaire à des oligarchies nationales complètement vérolées. C’est le Monopoly ! Ce sont des gens qui n’ont plus aucun sens du bien commun, comme il y en avait encore sous la IIIème ou IVème République. Enrichissons-nous ! C’est vraiment la morale des politiques d’aujourd’hui.

Monique Pinçon-Charlot : La violence des riches est opaque. Tandis que l’histoire de la chemise du DRH d’Air France, ça c’est visible ! Ça permet de criminaliser le salarié. On traite de voyous les travailleurs d’Air France. Pour gagner des millions d’euros, le PDG de Wolkswagen a fait une énorme fraude, avec des conséquences terribles pour le réchauffement climatique. Le Figaro a parlé de « tricherie ». Vous voyez la différence : voyou d’un côté, tricheur pour les grands de ce monde.

Qu’est-ce qui vous donne malgré tout des raisons d’espérer?

Michel Pinçon : Il y a des initiatives citoyennes, des rassemblements de magistrats, de fonctionnaires des impôts, avec des associations. Une plate-forme sur les paradis fiscaux regroupe une vingtaine d’associations comme Attac. Le mouvement Solidarité en Suisse nous a bien surpris. Quand on est sortis de la gare de Genève, pendant notre enquête, la première chose qu’on a vu ce sont des affiches :« À bas les forfaits fiscaux, les riches doivent payer leurs impôts. » Avec nos valises à roulette, on s’est dit : « Tiens c’est bizarre, on est attendu s! » On n’avait pourtant rien dit à personne. En fait, Solidarité en Suisse avait fait une votation [pour demander l’abolition] des forfaits fiscaux, qui font que les étrangers – contrairement aux Suisses – peuvent ne pas payer d’impôt sur leur patrimoine en Suisse.

Notes :

1 Un rescrit fiscal peut faire prévaloir la sécurité juridique du contribuable et lui permettre d’obtenir un régime fiscal particulier. Le « Lux Leaks » révélé en 2014 met en cause une liste d’accords fiscaux entre l’administration luxembourgeoise et des entreprises pratiquant l’évasion fiscale.

2 Initialement programmé sur Canal +, ce documentaire a été censuré par Vincent Bolloré, proche du patron du Crédit Mutuel, Michel Lucas. Il a finalement été diffusé par France 3 dans le magazine Pièces à conviction.



25/12/2015
25/12/2015
Catégorie: Politique

Auteur: vilistia (1:08 am)

La barbarie gagne du terrain

Par Luciana Bohne – Le 16 décembre 2015 – Source CounterPunch

En octobre 1930, Thomas Mann a lancé un «Appel à la raison» dans le Berliner Tageblatt :

«Cet état d’esprit fantastique, d’une humanité qui n’a plus d’idées, est compensé par une mise en scène politique grotesque, qui utilise les techniques de l’Armée du Salut : alléluias, tintements de cloche et répétition de slogans monotones à la manière des derviches, jusqu’à ce que tout le monde ait l’écume à la bouche. Le fanatisme se transforme en une source de salut, l’enthousiasme en extase épileptique… et le visage de la raison disparaît sous un voile.»

L’appel a échoué. Hitler est devenu chancelier en 1933, et peu de temps après l’incendie du Reichstag, il a fait passer un Décret d’habilitation qui suspendait les libertés individuelles, la liberté d’opinion, y compris la liberté de la presse, la liberté de s’organiser et de se rassembler, la confidentialité des communications postales, télégraphiques et téléphoniques. Bien que soumis à des perquisitions, des restrictions sur la propriété et des confiscations, les Allemands se sentaient libres tant qu’ils se comportaient comme de bons Allemands et obéissaient à la loi.

On dirait qu’en Europe, on est revenu aux années 1930, bien que lesidéologies soient censées avoir disparu avec la chute de l’Union soviétique. Heureusement, le parti de droite radicale de Marine Le Pen, le Front National, vient de perdre les élections régionales en France, mais on n’a pas coupé à la crise d’épilepsie des médias sur son éventuelle victoire. Et la France est toujours maintenue dans l’état d’urgence instauré par le gouvernement socialiste après les attaques sur Paris.

L’Europe d’aujourd’hui me rappelle la ville du roman d’Albert Camus, La Peste(1947). Dans le roman, l’Oran des années 1940, à l’époque de la colonisation française de l’Algérie, était dépeinte comme une ville commerçante, sans arbres, ni jardins, ni pigeons, où les fleurs importées d’ailleurs annonçaient la venue du printemps. Une ville artificielle avec une vie artificielle et une conscience inerte. Dans un premier temps, les colons industrieux d’Oran ont refusé de voir rôder les rats infestés de la peste dont les corps s’entassaient à la périphérie de la ville. «Ils se croyaient libres [mais] personne ne sera jamais libre tant qu’il y aura des fléaux». Comme métaphore d’un mal sournois soigneusement ignoré, le livre La Peste est indépassable.

Aujourd’hui, les rats infestés de la peste sont de retour en Europe. L’Ukraine est en proie à un délire convulsif de retour en arrière historique. Le 14 octobre, elle a célébré la première Journée des défenseurs, une fête nationale légalement créée par le Parlement ukrainien. La date est importante, car c’est ce jour-là que l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) a été créée, il y a soixante-trois ans. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’UPA a collaboré avec les nazis en leur fournissant une division SS de volontaires, la SS-Freiwilligen-Division Galizien, l’infâme Division de Galicie.

Que se passerait-il si un de nos dignes alliés de l’Otan en Europe – l’Allemagne, par exemple – instituait, de la même manière, un Jour des défenseurs de la patrie, en l’honneur de la Schutzstaffel (la SS nazie),l’escadron de protectionparamilitaire ou le corps de défense de l’armée de la mort industrielle de Heinrich Himmler, condamnée à Nuremberg comme organisation criminelle en même temps que le parti nazi et ses élites ? Israël s’accorderait-il une pause dans son dernier épisode de folie meurtrière pour évoquer à juste titre la colère des fantômes de la Shoah ? Les États-Unis, très sensibilisés à l’Holocauste, feraient-ils entendre leur voix indignée pour dénoncer la profanation du sacrifice de la Génération la plus Glorieuse ? Les membres de l’Union européenne, lauréats du prix Nobel de la paix, arrêteraient-ils la construction frénétique de murs destinés à endiguer le raz de marée de réfugiés, et verseraient-ils des larmes de repentir en criant «Jamais plus !» ?

Peut-être pas. Si l’on en juge par le silence des médias et des officiels sur la bouffonnerie ukrainienne, il semble que le retour du fascisme ne provoque même pas un froncement de sourcil. Après tout, «la Russie n’a-t-elle pas envahi l’Ukraine» ? Comment les néo-nazis pourraient-ils circuler dans le pays alors qu’il est soi-disant rempli de soldats russes, déterminés à restaurer «l’empire soviétique de Poutine» ?

La nostalgie de l’anti-communisme ajoute un élément surréaliste à l’acceptation tacite des réveils fascistes. On ne peut tout simplement pas se déchaîner contre les nazis lorsqu’une épouvantable menace soviétique imaginaire se profile à nouveau aux frontières de l’Otan. Comme les sables mouvants, ces frontières se déplacent de plus en plus inexorablement vers l’est pour encercler la Russie, de sorte que la carte de l’Europe de l’Otan ressemble aujourd’hui à s’y méprendre à celle de l’Europe sous l’occupation nazie en 1941, quand Hitler a lancé sa maudite invasion de l’Union soviétique en juin, l’opération Barbarossa.

Le défilé à Kiev du Jour des défenseurs ne comptait que 3 500 participants, membres des partis Svoboda et Secteur droit, du Congrès des nationalistes ukrainiens et de l’infâme bataillon Azov. Le politicien le plus important présent à l’événement était Oleh Tyahnybok, une personnalité d’extrême-droite qui, en avril 2005, a écrit au président Iouchtchenko, pour demander une enquête parlementaire sur «les activités criminelles de la communauté juive en Ukraine». Il a parlé en ces termes des collaborateurs UPA nazis :

Ils n’avaient pas peur et nous ne devrions pas avoir peur. Ils ont accroché leurs armes automatiques à leurs cous et sont partis dans les bois, et se sont battus contre les Moscovites, les Allemands, les juifs et d’autres racailles qui voulaient nous prendre notre État ukrainien.

C’est la vérité. L’UPA et ses suzerains nazis ont réellement délivré l’Ukraine d’une quantité considérable deracailles : ils ont tué trois millions de non-juifs ukrainiens et d’autres nationalités et un million de juifs ; ils ont déporté 2,3 millions d’Ukrainiens vers les camps de travail allemands. Si l’Armée rouge n’avait pas remporté la victoire, les nazis auraient sans doute exterminé 65% des 23,2 millions d’Ukrainiens et germanisé ou réduit en esclavage les 35% restants, comme ils l’avaient programmé.

Partout ailleurs en Europe, l’ennemi intérieur officiel – une composante essentielle de la foi fasciste – a été remis au goût du jour en passant du juif ou ducommuniste au musulman.

L’ancien Premier ministre de la Pologne, Jaroslaw Kaczynski, l’éminence grise du parti Droit et Justice, a utilisé des mots qui font écho à la propagande nazie lorsqu’il a dit que les réfugiés musulmans apportaient «le choléra dans les îles grecques, la dysenterie à Vienne et divers types de parasites au reste de l’Europe». Russophobe, violemment nationaliste, le parti Droit et Justice a remporté les élections et tient maintenant la barre en Pologne. En Hongrie, Viktor Orban est au pouvoir depuis 2010 et y restera jusqu’en 2018. Sa seule opposition est le mouvement Jobbik néo-nazi, mais sa xénophobie est typiquement fasciste. Il a dit ouvertement qu’il n’y a pas de place en Hongrie pour les musulmans et que lui, en tant que chrétien, devait défendre les frontières de l’Europe contre une invasion musulmane. Orban est très populaire, les deux tiers des électeurs le soutiennent. En Allemagne, un porte-parole du parti des Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident (PEGIDA), a lancé un appel voilé à renouer avec la politique des camps de concentration.

Comme dans le roman de Thomas Mann, Mario et le magicien (1929), Le mal a atteint à nouveau, en Europe un degré de perversité qui hypnotise et envoûte. Il est porté par un vent d’Ouest réactionnaire qui vient de centres situés des deux côtés de l’Atlantique.

Ce vent-là engendre un état de stupeur opiacée et une complicité passive avec les magiciens démagogues, en exploitant et détournant les peurs, les désirs et les frustrations des masses. Ce qui aujourd’hui se rapproche le plus du plus tortueux, du plus envoûtant des manipulateurs, le Cavaliere Cipolla, le magicien boiteux de Mann, ce sont les médias occidentaux.

Luciana Bohne est co-fondatrice de Film criticism, une revue spécialisée dans le cinéma, et enseigne à l’Université Edinboro de Pennsylvanie. On peut la joindre à l’adresse: lbohne@edinboro.edu

Traduction : Dominique Muselet

24/12/2015
Catégorie: Musique

Auteur: vilistia (7:43 am)

Musique Russie - Nathalie

Musique Russie - Nathalie


24/12/2015
Catégorie: Politique

Auteur: vilistia (7:06 am)

Russie - Dialogue avec Vladimir Poutine. (extrait de" L’Ordre mondial") vidéo fr

Russie - Dialogue avec Vladimir Poutine. (extrait de" L’Ordre mondial")

Dans un documentaire du célèbre journaliste russe Vladimir Soloviev intitulé "L’ordre mondial" et diffusé le 20 décembre 2015, Vladimir Poutine évoque certaines questions concernant les relations internationales.



« 1 ... 5 6 7 (8) 9 10 11 ... 87 »