ID Passe
Moi aussi, je veux un Blog : je m'inscris ICI
Menu Principal
Moteur weBlogs
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Conserver

Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Stats inscriptions
 Inscrits:
  aujourd'hui: 0
  hier: 0
  Auteurs: 213
Dernier: matieux

 En ligne:
  Invités : 0
  Auteurs : 7
  Total: 7
[Détail]
 Infos site

Historique
«  «  2022 Janvier  »  »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Promo

Top-Five !
1 Keltouma 712
2 motpassant 614
3 vilistia 433
4 atanetbout 347
5 lydwine 238
.../...

Telecharger Skype - France , le portail du téléphone gratuit

Noogle, fournisseur de sites web

BLOGs - Articles de Keltouma
 Publier les articles de Keltouma

Catégories


Articles les plus récents
19/10/2010

Auteur: Keltouma (4:04 pm)

 Même si elle tenait tellement à ce qu’elle avait au ventre Aicha était prête à sacrifier encore une fois sa progéniture répétant qu’elle ne m’en voulait pas.

Mais voilà, il était presque impossible qu’elle se fasse avorter.

D’une part, l’église ne permettait pas l’avortement et aucun médecin ne voulait  prendre ce risque, même si nous n’étions pas chrétiens.

Justement Hammou nous rappela que nous étions musulmans et que je devais me  rendre à l’évidence et prendre mes responsabilités, et c’est  d’ailleurs lui  qui nous avait unis par les liens de mariage.

 Très pointu sur les mots à prononcer, il prit  un mouchoir  blanc qu’il mit sur nos deux mains croisées, avant de nous annoncer solennellement  que nous étions  désormais mari et femme.

Il nous expliqua alors que contrairement aux chrétiens c’est l’homme qui offrait la dote à la femme me prêtant l’argent que je devais avancer à mon épouse.

                       ******

 

Aicha eut une grossesse difficile, et le médecin lui recommanda  un repos total.

 Je lui avais certainement inoculé un microbe que j’avais attrapé de mes honteuses liaisons me répétais-je chaque fois que je la faisais admettre à l’hôpital.

Tout cela coûtait cher, d’autant plus que père jean, qui  ne pouvait pas continuer à la payer sans contrepartie, engagea une remplaçante.

Alors les trois derniers mois étaient vraiment très difficiles à tous les niveaux.

Matériellement les médicaments et la visite chez le spécialiste coûtaient très cher sans parler des frais de déplacement jusqu’à Chambéry. De plus Aicha devait rester allongée sur le dos durant deux mois  alors c’était à moi de m’occuper des  travaux ménagers.

Je souffrais énormément, mais je sentais que quelque part au fond de moi-même j’étais heureux.

Je ne savais d’où me venait ce sentiment de bonheur, alors que tous les ingrédients du malheur m’entouraient. Je ne l’ai compris que lorsque j’avais entendu les premiers cris de ma fille, et que voulant la caresser quelques jours après elle m’avait pris le pousse pour le sucer.

 

                       ******

 

Ma femme  avait du se faire hospitaliser par deux fois  après l’accouchement et je  m’étais beaucoup endetté d’autant plus que je n’avais aucune couverture sociale, et que je ne pouvais compter sur aucun organisme de crédit du fait que je  n’avais aucune garantie.

 

 .

Heureusement que Hammou m’avait permis de puiser dans  ses économies, autrement je ne m’en serais pas sorti.

Durant deux ans, je travaillais les trois cent soixante cinq jours de l’année presque dix huit heures par jour, et j’étais toujours disponible pour n’importe quel travail rémunéré.

Je le faisais contraint, mais volontiers aussi car en fin de journée je retrouvais un petit être  qui m’attendait et qui n’aurait rien à manger si je ne trimais pas. Un ange dont le sourire me faisait oublier toutes les contraintes.

Je ressentais enfin que j’avais un chez moi. Deux êtres adulés  qui avaient  besoin de moi, de mes muscles et de ma sueur pour survivre.

Pour elles j’étais prêt à tout supporter, même le mépris des hommes du village, où, nous étions considérés comme des étrangers, depuis que nous avions refusé de célébrer notre mariage à l’église.

 Les gens n’avaient plus aussi confiance en nous, et nos relations se limitaient aux travaux domestiques que nous fournissions en contre partie d’une rémunération.

Comme il n’y avait pas d’activité commerciale, seul le bistrot pouvait m’offrir un travail stable avec un revenu continu. Le patron, un ancien soldat de l’armée coloniale qui connaissait parfaitement la langue arabe, m’avait engagé comme homme à tout faire même si en fait je faisais le travail de trois alors que je n’étais payé que pour le travail d’un.

 Je lavais aussi bien le parterre que la vaisselle, et je servais aussi bien derrière le comptoir, qu’aux tables, surtout lorsque Mlle Lola était partie pour Paris.

La clientèle qui avait une nette préférence pour elle  boudait de plus en plus  le bistrot, alors le patron eut « l’ingénieuse idée » de me coiffer  comme elle, et de me   faire porter son tablier !

 Je ne pouvais refuser au risque de perdre le seul travail « stable »qui me permettait de faire vivre ma petite famille.

Ma réputation de ‘play-boy » avait alors  refait surface, et ceux   qui n’avaient pas digéré mes actes du passé, trouvaient une grande satisfaction à m’humilier.

Le patron était heureux que
08/10/2010

Auteur: Keltouma (1:41 pm)

Père Hammou  nous rendait souvent visite  et restait avec nous deux à trois jours par semaine, nous apprenant entre autres les préceptes de l’islam et présidant la prière bien qu’il ne puisse que difficilement se tenir droit  avec sa béquille.

Il appréciait beaucoup la cuisine marocaine et trouvait plaisir à aller chercher tous les ingrédients du couscous, partout ou ils se trouvaient, parfois même à Paris, vu qu’il avait la gratuité des billets de train.

Il  en profitait aussi pour  apporter  un petit  présent à Aicha ; Chose que mes moyens ne me permettaient pas. En fait, il prenait en charge une bonne partie de nos dépenses, retrouvant  en nous, cette chaleur humaine, qu’il avait perdue avec la mort de son ami.

Nous formions alors une petite communauté isolée, presque une famille, et nous passions la plupart de notre temps à nous parler.

En fait j’étais  toujours entrain d’écouter, car  je n’avais rien de vraiment intéressant  à raconter, à part  les quelques  forfaits gênant qui ne plairaient à personne.

Hammou, par contre, était fier de nous parler de ses exploits de guerre même s’il  se répétait, par oubli, et à plusieurs reprises.

 C’était  toujours et à chaque fois aussi émouvant que nous avions les larmes aux yeux.

Il nous  rappelait souvent    l’importance des racines  chez tout être humain, décrivant avec nostalgie les us et les coutumes de son Douar d’origine.

Un jour je lui demandai pourquoi il n’était  pas rentré chez lui  une fois la guerre terminée, mais il  resta longtemps muet, avant d’éclater  en sanglots.

Il  m’expliqua alors qu’il avait maintes fois  pensé revenir au pays, mais, sa petite solde ne lui permettrait pas de s’acheter une maison au Maroc.  De plus il perdrait la gratuité de plusieurs services dont il avait besoin pour sa survie, et après plusieurs détours, il  finit par me confier la vraie raison de son refus de retourner au pays : il ne permettrait à personne dans son « Douar » de le voir infirme, car il accepterait tout sauf le regard de  pitié.

 

La plus part du temps, Hammou dormait tôt, et nous restions seuls Aicha et moi des heures durant, et souvent nous nous réveillions le matin les deux corps enlacés.

Elle était devenue  tout pour moi, et nous  ne quittions presque jamais. Je n’aimais pas seulement  sa cuisine délicieusement pimentée, mais je  l’aimais, elle aussi, et   nous vivions en concubinage, jusqu’à ce qu’elle tomba enceinte. 

 

Voyant enfin sa féminité se faire prévaloir, elle m’annonça la nouvelle triomphalement, heureuse que les blessures de ses quinze ans fussent enfin cicatrisées. Elle était émerveillée à l’idée  de pouvoir à nouveau enfanter, et  redevenir femme !

Par contre, moi j’avais très peur.

Peur du présent et plus encore de l’avenir, alors que les affres du passé sillonnaient encore mon corps.

Je ne voulais pas prendre la responsabilité d’un citoyen français qui serait toujours étranger dans son propre pays ou  qui ne se sentirait jamais chez lui.

Qui  serait toujours l’autre, l’intrus, et qu’on mettra au dernier banc de la classe ; Si jamais on le laissait  entrer.

J’étais si traumatisé que j’avais fini par lui demander de se faire avorter.

 Même si elle tenait tellement à ce qu’elle avait au ventre Aicha était prête à sacrifier encore une fois sa progéniture répétant qu’elle ne m’en voulait pas.

06/10/2010

Auteur: Keltouma (10:33 am)

C’était le coup fatal, que Christine ne supporta pas  tombant aussitôt  malade et me fermant définitivement sa porte alors que je n’avais nulle part où aller.

Heureusement qu’Aicha  me proposa une chambre  dans son petit appartement.

Elle m’aida aussi à trouver un   travail à l’église même où père « Jean », très âgé  m’engagea pour  les travaux d’entretien et de retapage des murs intérieurs de l’église, ainsi que pour faire  les courses et activer la cloche le Dimanche matin.

 

J’ai pu, avec l'aide de ce dernier , avoir l’estime de certaines personnes qui me confièrent  des petits travaux d’intérieur, notamment le jardinage et les réparations, ce qui me laissait de quoi vivre, par contre j’avais complètement refusé de pénétrer une quelconque maison de mes anciennes liaisons.

J’arrivais à payer mon loyer même si  Aicha refusait souvent de le  percevoir, et lorsque je  rentrais je la trouvais toujours éveillée,  insistant beaucoup pour que l’on prenne le dîner ensemble.

Elle en profitait pour me parler de son passé et cisailler le voile qui entourait sa solitude.

La pauvre passait sa journée dans une église vide et rentrait chez elle le soir dans une maison vide, mais maintenant qu’elle avait avec qui parler, elle s’exprimait  comme si elle avait un retard à rattraper, me racontant  son histoire et qui était presque identique à la mienne :

Son père l’avait « cédée » durant la disette à une famille de colons français, acceptant qu’elle  rentre avec eux en France moyennant un   petit terrain à cultiver qu’ils lui cédèrent   en partant.

Elle avait alors juste douze ans !

A quinze ans  leur  fils aîné,  la viola, tout en niant son acte, et personne ne voulut croire à la version de la petite servante qui tomba enceinte.

Heureusement qu’elle trouva refuge à l’église où elle passa ses mois de grossesse et lorsqu’ elle ouvrit les yeux après un difficile  accouchement, elle ne retrouva aucun bébé à ses cotés.

Elle pleura longtemps avant que père Jean ne  lui expliqua  que ses petites jumelles, furent  placées dans un orphelinat à « Chambéry » vu  qu’elle n’avait pas l’age légal pour  les garder.

Le prêtre  l’engagea pour les travaux d’intérieur de l’église, lui permettant de passer  tout son temps libre à  lire et à peindre ce qui l’aidait à compenser la perte de ses deux filles.

Emigrés malgré nous, nous avions eu, en fait, à peu près le même itinéraire : Des colons qui nous mènent   en France et des rapports sexuels  qui nous mettent sous la protection  de l’église.

 

 

Moi aussi j’avais raconté à Aicha mes dix ans de débauche ; elle insistait pour que je lui raconte des détails, elle disait que c’était le seul moyen de m’exorciser de ces péchés qui me suivrait jusqu’à l’au-delà.

Je sais qu’elle n’avait pas  oublié son  passé, et que l’homme que je représentais signifiait pour elle, le viol et la haine, mais elle écoutait quand même mes récits et faisait semblant de comprendre mes réactions.

Je ne lui serais jamais assez reconnaissant !

 

                        *****

29/09/2010

Auteur: Keltouma (5:01 pm)

Comme promis, j’accompagnai Aicha  au cimetière, où il  n’y avait  ni bancs pour s’assoire, ni arbres pour nous  couvrir de ce soleil de plomb qui planait sur nos têtes  avant de voir venir un vieux monsieur.

Boitillant, il s’asseyait   sur la première tombe, leva les mains au ciel, et se recueillit quelques minutes, puis  refit la même opération sur toutes les autres tombes.

 

Il manifesta une véritable joie en voyant Aicha s’approcher,  nous invitant à nous assoire à ses côtes.

Petit de taille, il avait les trais méditerranéens d’origine maghrébine et portait les trilles d’un ancien combattant de l’armée française. Sa poitrine donnait l’effet d’une vitrine de joaillier, tellement les cinq médaillons brillaient.

Chacune d’elle avait une valeur physique et symbolique, mais il  s’arrêta longuement sur celle portant la  croix de fer, dont il   parlait en gonflant fièrement sa petite poitrine.

  C’était la plus chère à ses yeux, car étant sa récompense pour avoir perdu la moitié de sa jambe en sauvant son ami. Celui-là même sur la tombe duquel nous nous trouvions.

Il nous raconta comment ce glorieux soldat, était mort sur le champ de bataille le fusille à la main en criant « Allah Akbar »

«  Je viens ici chaque vendredi lui demander la miséricorde de Dieu pour qu’il puisse accéder au  paradis

«  Il y ira sûrement, puisqu’il est mort au combat, c’est un Moujahid, » lui répliqua Aicha tout émue.

«  Ce n’est pas sûr ma fille, il aurait mérité le paradis s’il avait combattu au nom de l’Islam en tuant des mécréants, mais là il combattait pour des chrétiens !

J’étais étonné d’entendre cela, car jamais personne auparavant ne m’avait dit que celui qui tuait  pour la religion irait au paradis.

Incrédule, je lui disais ce que je pensais des guerres et du fait d’ôter la vie à un être humain pour la seule raison qu’il pense différemment ou qu’il a une autre religion, mais je  sentis  qu’il était un peu gêné, presque offensé.

« Tout ce que je sais mon fils, c’est que l’Islam est notre religion, que sidna Mohamed est notre prophète. Défendre l’Islam est le sacrifice suprême, et celui qui y laisse la vie ira directement au paradis. Par contre, ira en enfer, celui qui meure chrétien ou juif »

« Pourquoi ? Eux aussi,  prient le même Dieu ?

« Oui, mais  ils blasphèment, les Chrétiens disent que Sidna Issa, est le fils de Dieu ; les juifs aussi ont un prophète qu’ils disent être le fils de Dieu. Dieu ne peut pas avoir d’enfants.

 Il me répéta plusieurs fois un verset de coran où il est dit en substance que « Dieu est unique, qu’il n’a ni père ni fils, me faisant comprendre que je devais  apprendre les percepts de l’Islam, en  répétant :

« Les musulmans ont  leurs propres lieux de prière, comme ils ont leurs propres cimetières. Tes parents sont musulmans et tu es né musulman, tu dois le rester, sinon tu iras directement en enfer.

J’attendais qu’il m’explique pourquoi je devais choisir cette religion plutôt qu’une autre, ou qu’au moins, il  m’en dise plus sur l’Islam, mais le pauvre en était incapable.

Mais cela n’empêche que je ressentais une grande sincérité dans sa tentative de me prouver les vertus de l’Islam et j’étais convaincu qu’il me  fallait encore plus de temps avant de  décider si l’allais me faire baptiser chrétien ou rester musulman.

C’était le coup fatal, que Christine ne supporta pas  tombant aussitôt  malade et me fermant définitivement sa porte alors que je n’avais nulle part où aller.

24/09/2010

Auteur: Keltouma (10:46 am)

Vu de cet angle, pour moi cela constituait  une occasion à ne pas rater, une heure de plus ou de moins à l’église ne me ferait pas de mal surtout si cela me permettait de me marier et de  commencer une nouvelle vie, loin de ma marraine.

 

 

Pour ce faire, je me rendis à l’église où j’ai trouvé  une jeune femme entrain de peindre.

Elle était tellement absorbée qu’elle ne me remarqua même pas alors que j’étais juste derrière elle à contempler le     cimetière abandonné qui ressemblait étrangement à celui où partait la dame de l’église chaque dimanche.

Je ne connaissais rien à la peinture, mais cette toile me donnait l’impression d’être plus vraie que la réalité, ou peut être plus parlante, enfin quelque chose qui attire ou qui communique avec celui qui la regarde.

Les mêmes  tombes superposées dans une vision linéaire sans  verdure ni arbres comme s’il s’agissait d’un chemin ouvert sur l’infini, où la mort ne voulait laisser derrière elle que cette poussière  dont fut crée Adam, comme nous l’a souvent répété père Jean!

En effet, moi aussi j’avais pris l’habitude d’aller visiter ce vieux cimetière, essayant  de découvrir ce qu’avaient ces tombes de si spéciales sauf qu’ à la place de la croix, il y avait une sorte de croissant, ou  d’étoiles à cinq cotés.

Lorsqu’elle sortit enfin de sa transcendance, la jeune femme s’arrêta quelque peu et j’en profitai pour me présenter :

 «  Je m’appelle Alain,

« Moi c’est  Aicha

«  Enchanté

« Moi de même, n’êtes vous pas le jeune que  Mme Christine avait amenée avec elle du Maroc ?

«  Exactement,

C’est beau ce que vous êtes entrain de dessiner j’apprécie beaucoup

« Merci

« Cela doit être le vieux cimetière à la sortie du village,

« Oui, l’avez-vous déjà visité ?

« J’y suis allé à plusieurs reprises mais je ne comprends pas pourquoi les tombes ne sont-elles  pas aussi embellis que celles  de notre cimetière.

La jeune femme m’expliqua alors en quelques mots les particularités de ce lieu, et de  son historique, en m’apprenant  que les gens qui y sont ensevelis étaient  des soldats morts pour la France mais tous originaires du Maghreb et de confession musulmane.

Elle parlait doucement décrivant, avec une facilité déconcertante tout ce que j’éprouvais chaque fois que je visitais ces lieux de repos de l’âme, et lorsque père Jean fit enfin son entrée, elle s’excusa et  revint  à ses pinceaux.

Ce dernier  semblait surprit et quelque peu gêné par ma demande, ne voulant guère que je prenne une décision hâtive:

 « Je voudrais que tu réfléchisses avant de te faire  baptiser,  je ne sais pas si tu connais ta religion d’origine, mais d’après mes informations, tu viens du Maroc et les marocains  ont une autre religion.

« Quelle religion ?

« L’Islam

« Qu’est ce que cela a de différent ?

« En fait peu et beaucoup à la fois ; nous avons le même Dieu, mais pas le même prophète, et nous mangeons le porc et buvons le vin et les musulmans  pas.

« C’est tout, alors je ne vois pas de différence, moi je bois déjà le vin et je mange du porc »

Aicha se leva   ce moment précis  me faisant signe de la rejoindre ce que je fis immédiatement en m’excusant auprès de père Jean. Elle semblait plutôt gênée ne sachant si elle devait parler en français au risque d’alerter père Jean  alternant longuement, presque en chuchotant, l’arabe dialectale et  une langue  Tamazight dont  je ne comprenais rien sauf qu’il était question de religion où  les mots « Islam » et « Allah » revenaient souvent, alors que comprenant notre gêne père Jean, s’excusa, nous laissant seuls.

C’est alors qu’elle s’exprima pleinement en français criant hystériquement :

 « Les mécréants veulent te christianiser ! Comment oses-tu accepter ? Plutôt mourir ! Tu dois refuser, tu es musulman, et celui qui renie sa religion irait directement en enfer.

Alors que j’étais sous l’effet de son attaque, n’arrivant même  pas à placer un seul mot, je ressentais  quelque part au fond de moi-même qu’elle avait raison et surtout qu’elle avait la conviction et la manière de le montrer :

« Tu dis que tu connais bien le cimetière, alors demain vendredi, nous irons voir  père Hammou qui saura  t’expliquer, et  t’apprendra mieux que moi ce que tu ignores de ta religion. Mais surtout ne commet pas cette bavure, ne les laisse pas te baptiser !

Elle s’affaissa sur sa chaise, les joues rouges et  les  yeux brillants de mille feux comme si elle venait de sortir d’un dur combat.

 

Elle était jeune pour son discourt et surtout  très différente de celles que je connaissais  et tellement  ravissante.

J’avais envie de la prendre entre mes bras et de lui dire qu’elle avait raison et que je ferais tout ce qu’elle me demandait, que j’irais voir le monsieur, mais surtout qu’elle ne se fâche pas.

Je n’aime pas avoir le sentiment de décevoir les gens que j’admire, et cette dame, était de ceux  que je ne voudrais jamais voir en colère à cause de moi.

« 1 ... 4 5 6 (7) 8 9 10 ... 143 »

Copyright © 2008 - 2022 - Blog-Media - La plateforme multi-blogs du Net