ID Passe
Moi aussi, je veux un Blog : je m'inscris ICI
Menu Principal
Moteur weBlogs
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Conserver

Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Stats inscriptions
 Inscrits:
  aujourd'hui: 0
  hier: 0
  Auteurs: 213
Dernier: matieux

 En ligne:
  Invités : 0
  Auteurs : 11
  Total: 11
[Détail]
 Infos site

Historique
«  «  2021 Octobre  »  »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
Promo

Top-Five !
1 Keltouma 712
2 motpassant 614
3 vilistia 433
4 atanetbout 347
5 lydwine 238
.../...

Telecharger Skype - France , le portail du téléphone gratuit

Noogle, fournisseur de sites web

BLOGs - Articles les plus récents
 Publier les blogs

Catégories
Humeur(130)
Jeunz(54)
Musique(127)
Sports(165)


Articles les plus récents
22/08/2021

Auteur: atanetbout (10:06 pm)
3 oeufs
30 cl lait entier
20 cl crème liquide
20 gr sucre roux
100 gr farine
200 gr figues
20 gr beurre salé
10 gr rhum agricole (facultatif)
couper les figues en 4 et les mettre dans un plat beurré, fariné
mélanger oeufs, lait, crème liquide, sucre et farine
verser sur les figues dans le plat et parsemer de noisettes de beurre salé
cuire 35 mn 200 °
17/06/2020

Auteur: cabaret75 (11:07 am)

DISPONIBLE SUR TOUTES LES PLATEFORMES !

30/12/2019

Auteur: flotiront (4:14 pm)
L'horloge du village s'élance fièrement
Dans un ciel qui reste bien bas en ce matin de novembre.
Il semble figé, comme une chape de plomb.
Pas un souffle, ni même une brise infime.
Les arbres dépouillés de leur feuillage
Et qui les rendent si frêles que rien ne peut les consoler.
Même leurs hôtes habituels, aux plumages si coloriés,
Lorsque l'été s'égaie et fait entendre ses mélodies
Toutes plus surprenantes les unes que les autres,
Désertent leur hospitalité et leur ombrage.
Au pied de cet édifice s'étire un grand parc public.
Mais ce matin il semble bien désert et je cherche désespérément une présence.
Il est vrai, quelques bancs, à l'aspect usé par les ans, restent non occupés.
Je marche tranquillement sur un chemin tout en gravier
Qui forme une sorte de grande boucle.
En quelques endroits s'offre à mes yeux de magnifiques parterres
Qui attendent un nouveau printemps.
Je hume déjà leurs prochaines senteurs, leurs vives couleurs et leurs formes élancées. Mais pour l'heure, ils se sont mis en veille.
Pourtant, le silence n'est pas dans son absolu.
Il y a tout de même quelques bruits qui attestent la présence d'une vie.
Car une forme allongée, svelte et de couleur brun foncé,
S'élève du sol avec une vitesse prodigieuse.
Je me rapproche de cet habitant des lieux et je peux le voir plus nettement.
Il s'arrête brusquement.
A-t-il détecté ma présence ? Quelque chose l'a-t-il arrêté dans sa course ?
J'ai l'impression qu'il feint de me voir.
Il tourne légèrement sa petite tête en guise de salutation,
Puis reprend son ascension de plus belle.
Il me laisse au pied de cet abre et moi j'essaie d'imaginer son agenda du jour.
Notre conversation n'aura duré que quelques instants.
Mais je suis heureux d'avoir pu rencontrer Monsieur Ecureuil
Et je poursuis ma propre route.
Cette rencontre fortuite aura réjoui mon âme et je me dis
Que l'existence peut s'illuminer de petits événements propres
A vous rappeler que le bonheur est souvent tout près de soi.
03/12/2019

Auteur: flotiront (10:54 am)
La pluie s'écoule paisiblement.
Elle suit le chemin tout en asphalte,
Personne ne l'arrête, personne ne lui tient la conversation.
Sa quantité ne dépend pas d'une décision d'homme,
Encore moins d'une prévision météorologique.
Ses gouttes pas plus grosses que des billes,
Se plaisent à frapper le sol rendu si sec par les chaleurs de l'été.
Elles tombent drues, raides comme des ficelles.
Par endroits, elles forment des retenues d'eau,
Sortes de flaques propices à une multitude d'êtres microscopiques.
L'humain que je suis lui prête parfois une oreille attentive,
Car elle sait allier topographie et mélodies.
Je l'entends chanter, fredonner.
Son chant est doux sur les franges de ces toits,
Dont l'odeur de chaume vient émoustiller mes narines.
Mais cette pluie change soudainement de registre.
Elle devient plus imposante, plus fougueuse.
Au détour d'un petit sentier de forêt,
Mes yeux s'émerveillent, mon âme sublime.
Une série de petites cascades se jouent d'une série de dénivelés,
Produisant une sorte de poussière d'eau.
Le soleil couchant vient caresser alors cet étrange ballet aérien,
En lui donnant une dorure qui me laisse sans voix.
Je viens d'être l'heureux visiteur d'un spectacle grandeur nature,
Qui restera à jamais gravé dans ma mémoire d'homme.
10/03/2019

Auteur: flotiront (9:26 am)

La souffrance est comme une errance de l'âme,
Un point de rupture qui vient ébranler le monde des certitudes.

Sa feuille de route se fait loin des avenues aux noms illustres,
A l'écart de scènes balayées par de puissants projecteurs.

Elle s'inscrira sur les sillons de son coeur,
Chargé alors de larmes et de sang recueillis au fil du temps.

Elle est propice à nous interpeller,
A oser bousculer notre cadre de références, nos schémas de pensées bien arrêtés.

Sommes-nous aujourd'hui encore capables,
De lui donner une place dans ce monde si individualiste ?

Elle m'a apprise bien des choses ...
Dont l'une, certainement, est d'avoir cessé d'être le centre de l'univers pour apprendre à accueillir l'Autre.

(1) 2 3 4 ... 680 »

Copyright © 2008 - 2021 - Blog-Media - La plateforme multi-blogs du Net