| Mon Blog | Ecrire un article | Profil | Mode d'Emploi |




Identifiant :

Mot de passe :

Conserver

Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !


 Inscrits:
  aujourd'hui: 0
  hier: 0
  Auteurs: 226
Dernier: medlipo

 En ligne:
  Invités : 0
  Auteurs : 7
  Total: 7
[Détail]
 Infos site



«  «  2018 Juillet  »  »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4






1 Keltouma 712
2 motpassant 614
3 vilistia 433
4 atanetbout 343
5 lydwine 238


Telecharger Skype - France , le portail du téléphone gratuit

Noogle, fournisseur de sites web



BLOGs - Article de vilistia
 Publier les articles de vilistia

12/12/2015
Assad : la France ne lutte pas contre Daesh, elle dissipe la colère de l’opinion

Auteur: vilistia (6:49 pm)

Assad : la France ne lutte pas contre Daesh, elle dissipe la colère de l’opinion après les attentats

Assad : la France ne lutte pas contre Daesh, elle dissipe la colère de l’opinion après les attentats

La Syrie ne va pas négocier avec les terroristes pour mettre fin au conflit selon leurs conditions, même si l’Occident essaye de présenter les bandes armées comme des opposants politiques, a fait savoir le président syrien à l’agence EFE.

Le problème, selon Bachar el-Assad, est dû au fait qu’une large partie de combattants armés et de bandes terroristes en Syrie sont des mercenaires étrangers, que les Etats-Unis et leurs alliés de la région du golfe Persique désirent ardemment inclure dans le processus de négociation.

«Opposition est un terme politique, pas militaire. Ainsi, parler du concept ne veut pas dire le pratiquer, parce que pour l’instant nous avons vu que certains pays, y compris l’Arabie saoudite, les Etats-Unis et d’autres pays occidentaux, voudraient que certains groupes terroristes se joignent aux négociations. Ils veulent que le gouvernement syrien négocie avec les terroristes, c’est quelque chose qu’aucun pays n’accepterait», a estimé le dirigeant.

Dans le même temps, M. Assad a réaffirmé que son gouvernement était toujours ouvert aux négociations avec l’opposition réelle, mais a souligné qu’elle doit tout d’abord être définie.

«Une opposition, pour le monde entier, ce n’est pas des combattants», a-t-il expliqué. Le président a rappelé que Damas était déjà engagé dans un dialogue avec certains groupes armés, pas des organisations, pour qu’ils déposent leurs armes en échange de l’«amnistie du gouvernement» et de la chance de retrouver une «vie normale».

LA SUITE .....

Imprimer cette page sympa Envoyer ce blog  un ami
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat