ID Passe
Moi aussi, je veux un Blog : je m'inscris ICI
Menu Principal
Moteur weBlogs
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Conserver

Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Stats inscriptions
 Inscrits:
  aujourd'hui: 0
  hier: 0
  Auteurs: 215
Dernier: nicoduf

 En ligne:
  Invités : 0
  Auteurs : 12
  Total: 12
[Détail]
 Infos site

Historique
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Promo

Top-Five !
1 Keltouma 712
2 motpassant 614
3 vilistia 433
4 atanetbout 343
5 lydwine 238
.../...

Telecharger Skype - France , le portail du téléphone gratuit

Noogle, fournisseur de sites web

BLOGs - Article de Keltouma
 Publier les articles de Keltouma

06/08/2012
Mireille(suite6)

Auteur: Keltouma (2:48 pm)

« Merci monsieur ! s’exclame Mustapha alors que ses petits pieds étaient déjà dans la rue.

Malek  demande au concierge qui peine à placer la valise dans une  petite soupente d’aller lui chercher un paquet de cigarette et fait un geste de la main, dès que ce dernier quitte les lieux.

Aussitôt un homme grand et mince se présente et procède à l’ouverture de la grande valise.

Rien de bien intéressant sauf  un  grand carnet de notes comprenant plusieurs citations ainsi que des aperçus sur la vie d’auteurs ou d’hommes politiques.

Parmi les citations qui ont attirés sont attention celle d’Yves guyot dont certains mots souligné par la jeune journaliste  en rouge« Il est étrange qu'il faille employer le canon contre les opprimés pour les délivrer de leurs tyrans, ainsi que celle purement contradictoire de Jules Ferry « il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures »

Dans la  citation de Léon Blum elle avait souligné des mots qui attestent bien de sa position dans ce conflit de la colonisation : « Nous admettons qu'il peut y avoir non seulement un droit, mais un devoir de ce qu'on appelle les races supérieures, revendiquant quelquefois pour elles un privilège quelque peu indu, d’attirer à elles les races qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de civilisation »

Des annotations qui renseignent bien sur la vision de la jeune journaliste mais rien qui puisse réellement l’inculper, par contre une information capitale  attire aussitôt son attention :   l’intérêt de Jacques Lemaigre Dubreuil  pour l’acquisition de journaux marocains souligné de plusieurs traits par la jeune journaliste. 

« Information de taille  qui peut bien changer la donne dans la lutte entre la patronnât et la grande syndicale ouvrière « la CGT » de plus en plus présente sur la scène politique, reconnait le policier en civil à l’adresse du journaliste.           

« Effectivement, et d’après mes renseignements, ce monsieur est le patron et  président directeur général de « Lesieur Maroc », qu’il a fait délocaliser de Dunkerque après l’invasion allemande.   Il  avait beaucoup fait parler de lui lors de la deuxième guerre mondiale et parait-il , il a joué un grand rôle dans l’opération Torch.

« C’est quoi ça ?

« Je te le dirais plus tard, referme la valise, le gamin peut paraitre d’un moment à l’autre !

Le rédacteur en chef  raccompagne son  compère l’air quelque peu préoccupé par cette découverte.

L’acquisition  de journaux  au Maroc par ce magnat, laisse présager une lutte acharnée pour les médias et son journal, déjà en baisse de vente  n’a pas besoin d’un concurrent de plus.

« Il est évident que nous allons faire face à une guerre de presse sans précédent et  dont personne ne peut prévoir l’aboutissement.

« Mes craintes d’hier sont donc fondées, n’est ce pas ?

« Cela m’en a tout l’air !

« Je sens une connivence entre cette jeune journaliste et ce grand patron et j’ai très peur pour notre mouvement. Il y a surement quelque chose de grand qui se trame derrière notre dos, ou est ce qu’elle est partie  cette emmerdeuse?

    « Au siège du journal Maroc Presse »

« Alors il ne faut pas la quitter d’un pas, et j’aimerais avoir un rapport complet sur tous ses mouvements ;

« Kader la conduit et il sait ce qu’il a à faire ;

« Alors tu me tiens au courant et si c’est necessaire tu demandes une nouvelle réunion du comité !

« C’est bon ; Cela se corse et l’intérêt de Dubreuil pour la presse ne me dit rien qui vaille ! Se dit Kamel une fois resté seul dans son grand et beau bureau.

Tout le luxe où il vit risque de tomber comme un château de carte s’il venait à perdre les privilèges que lui accordait son statut.

 En fait il  avait tout à fait raison d’avoir peur et les craintes exprimées  par  ses amis de toujours n’étaient que plus fondées.

Gérard, celui là même qui avait procédé à la fouille  de la grande valise, est son ami de classe et  inspecteur principal à la police secrète et c’est lui qui est en charge du dossier de la « journaliste ».

Dans  un  grand  appartement  sis juste au dessus de « café de France », ils avaient organisé  la veille et tard dans la soirée une réunion secrète pour discuter de l’arrivée de la journaliste.

Etaient  aussi présents leurs deux amis intimes, Sami, directeur d‘une société d’imports exports et Christophe le cinéaste.

 Ces quatre jeunes dont le plus âgé avait à peine vingt cinq ans  sont tous nés à Casablanca et avaient  fréquentés les mêmes bancs d’écoles et les mêmes terrains de foot et à ce titre ils se considèrent comme des franco-marocains à part entière.

Pour ces fervents patriotes, issus de familles de mercantiles nouvellement enrichis, il  n’était pas question de donner à quiconque l’occasion de jeter le discrédit sur l’action de la France protectrice de ses colonies, ni sur celle  de leurs parents qui avaient longtemps soufferts avant de parvenir à faire de ce pays ce qu’il est devenu.

Face à la montée d’un nationalisme «   arabe et musulman», ils  avaient crée un petit mouvement appelé «  conscience  France » afin de contrecarrer ce mouvement considéré comme « fanatique et extrêmement dangereux ».

Leur association secrète    avait  vite prit de l’ampleur à tel point qu’il était représenté sur tout le territoire du Maroc sous protectorat Français.

L’afflux des dons et l’appuie de l’administration y avait été  pour beaucoup.

L’objet de la réunion était justement la place que prennent  de plus en plus les journalistes dans cette lutte sans merci pour l’avenir du Maroc en ébullition.

L’arrivée d’une  journaliste  dont la prise de position en faveur de l’indépendance de l’empire chérifien ne pouvait passer inaperçu et Gérard qui était dans tous ses états,   menait la discussion afin de  débattre de la meilleure façon de  la neutraliser sans attirer l’attention.

Il   avait concocté un petit plan qu’il  voulait discuter avec ses camarades  avant de le soumettre à son supérieur hiérarchique.

«  Vas-y accouche, quand je vois cette lueur dans tes yeux je pense immédiatement que tu prépare une diablerie, lui avait aussitôt lancé Malek en apprenant l’objet de la réunion.

 «  Le  contact  a été appréhendé, et  la journaliste n’a trouvé personne d’autre à sa descente !

« Alors ?

« J’ai un petit plan en tête : Il suffit  le bon moment pour l’enlever avant qu’elle n’entre en contact avec qui que ce soit, puis, par  les temps qui courent un petit accident passerait surement inaperçu »

Mais  ses amis ne semblaient pas épouser cette thèse.

« Attention c’est une journaliste et sa disparition de la sorte mènerait d’autres confrères sur sa trace. Et si jamais on découvre que nous sommes derrière cette disparition  cela mettra mal à l’aise tous ceux qui continuent à nous soutenir par leurs plumes, mais nous met nous-mêmes en danger de mort. Réplique Malek.

Avis partagé par l’industriel dont l’instabilité politique ne fait que compliquer les médiocres résultats de l’exercice en cours :

 « Je pense qu’il faudrait abandonner l’idée de sa liquidation même sous forme de suicide car les résistants peuvent passer à l’action et tuer l’un des nôtres et de toute façon nous n’avons pas intérêt à le faire car auparavant nous devons connaitre ses « amis » et par la suite nous déciderons …..

  « Alors qu’est ce que vous proposez ?

« Je suis d’avis à l’approcher d’un peu plus près afin de sonder ses intentions réelles et découvrir ses liens internes et pourquoi pas,  essayer de la persuader de travailler pour nous quitte à lui « vider » un bon poste dan l’un de nos journaux le temps qu’elle se calme !.

« Oui cela me donne bien des idées  intervint le cinéaste, depuis le début bien enfoui dans son petit coin, une histoire d’amour entre deux journalistes  où le prix à payer serait de se ne pas se mêler des affaires des autres !

« Je te vois venir avec tes gros sabots, s’exclama Malek, tu voudrais encore me lancer dans l’une de tes folies suicidaires, non il n’est pas question que je joue ce rôle. D’abord ce n’est pas mon genre et de plus si Christine l’apprend je suis bon pour les geôles de son père.

 « Ne t’en fait pas nous nous occupons de tout ! affirma Gérard pour qui l’idée n’était pas si bête que ça « Et puis se payer une journaliste pour la bonne cause n’est pas donné à tout le monde conclut-il à la fin de la réunion.

« Où est ce qu’elle est maintenant ?

« La pauvre s’est contentée d’une chambre à l’Espéranza » ha ha …

« Vous auriez pu en profiter pour faire une descente et la renvoyer là d’où elle est venue ! Cela nous aurait épargné cette longue réunion alors que nous devrions être avec nos femmes !

« Non, officiellement elle n’a encore rien entrepris de répréhensible sur le territoire marocain et à ce titre nous  n’avons pas de raison pour  l’arrêter, la liberté individuelle est un point rouge pour moi,  trancha le cinéaste

« Il a raison et de  toutes façons cela vous  aidera surement  à découvrir ses liens à l’intérieur.

Les conclusions de cette réunion furent immédiatement soumises par Gérard au  chef de la sureté qui en étudia le  contenu mais qui  restai quelque peu sceptique.

 « Qui nous garantit que ce n’est pas le contraire qui arrive, d’autant plus que la réussite de la mission dépends  d’une personne non contrôlable à long terme ?

 « C'est-à-dire ?

« Que se passera-t-il si  c’est elle qui réussit à persuader Malek de rejoindre l’autre camps ? Dans ce cas nous aurons, non seulement faillit à notre mission, mais aussi enrichi l’ennemi d’un allié de taille, l’une de nos plus belles plumes !

« Oui c’est une probabilité, mais tel que je le connais, Malek n’en fera qu’une bouchée et de plus il est  fiancé à la fille du préfet de police?

« C’est ce qui me gène le plus! Mr Karbal m’en voudra surement si je touche au bonheur de sa fille unique, mais au nom de la France, je suis prêt à courir le risque !

C’est ainsi que Malek fut chargé d’approcher de plus près la jeune journaliste.

Celle-ci fut appréhendée  depuis sa sortie d’hôtel  et ce dernier profitât de la première occasion pour lui  offrir son journal et même une place dans son quotidien, mais l’affaire n’était pas gagnée pour autant.   

 Pire encore, ce qu’il apprend sur l’arrivée de   Jacques Lemaigre Dubreuil  sur la scène journalistique rend la tâche encore plus compliquée et l’attention reste de mise.

En effet « conscience  France »avait réunit un grand dossier sur le patron de Lesieur Maroc en tant  que personnalité ayant  un grand poids tant sur le plan politique qu’économique.

Malek relit attentivement toutes les remarques de celui qui fut l’un des  artisans de l’opération « Torch »  la démarcation des alliés en Afrique du Nord.

En effet, avec quatre de ses coéquipiers, il avait facilité le débarquement des alliés en Afrique du Nord en  muselant  les défenses  françaises en Algérie et en faisant incarcérer l’état major après leur avoir fait signer un ordre de non attaque.

Ceci a été un grand tournant dans la deuxième guerre mondiale ce qui avait précipité la chute du nazisme et la victoire des alliés mais depuis il était resté dans l’ombre, et à part quelques articles au journal « Le Monde » personne ne savait ce qu’il préparait au juste.

La guerre des médias était alors au sommet de son apogée et la plume reprit  sa véritable fonction, d’autant plus que les intérêts étaient tellement contradictoires et les acteurs si nombreux que  le flou régnait sur la scène politique et socio-économique.

La résidence française au Maroc sous protectorat, qui n’était pas neutre dans ce débat avait réussit à « mater » un bon nombre de journaux  hostiles à sa politique, mais justement avait-elle vraiment une seule politique.

En fait elle ne faisait que gérer une situation qui devenait explosive depuis que des notables et intellectuels nationaux se sont mis dans l’idée de demander l’indépendance du pays en signant la déclaration de Tanger.

Le Sultan marocain n’était pas du reste en prenant position contre l’occupant et ceci n’a pas manqué de soulever l’indignation de ceux qui comptaient maintenir leurs avantages quelques  décennies de plus, dont notamment ce mouvement clandestion"conscience France"

Lire le Blog de Keltouma | commentaire(s) (0) | Lus (2095)
Imprimer cette page sympa Envoyer ce blog  un ami
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat

Copyright © 2008 - 2019 - Blog-Media - La plateforme multi-blogs du Net