ID Passe
Moi aussi, je veux un Blog : je m'inscris ICI
Menu Principal
Moteur weBlogs
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Conserver

Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Stats inscriptions
 Inscrits:
  aujourd'hui: 0
  hier: 0
  Auteurs: 213
Dernier: matieux

 En ligne:
  Invités : 0
  Auteurs : 9
  Total: 9
[Détail]
 Infos site

Historique
«  «  2022 Janvier  »  »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Promo

Top-Five !
1 Keltouma 712
2 motpassant 614
3 vilistia 433
4 atanetbout 347
5 lydwine 238
.../...

Telecharger Skype - France , le portail du téléphone gratuit

Noogle, fournisseur de sites web

BLOGs - Article de Keltouma
 Publier les articles de Keltouma

26/07/2012
Mireille (Suite1)

Auteur: Keltouma (11:30 am)

Il    fait  beau et  le petit soleil qui pointe  par intermittence  laisse prévoir un bon séjour  dans un pays qu’elle visite pour la première fois de sa vie.

Dans l’attente de son tour, elle s’approche lentement de la passerelle où de jeunes matelots en maillots rayés organisent tant bien que mal ce débarquement.

Tel  un essaim les chaloupiers embarquent les marchandises et les voyageurs, pour les déposer non loin d’un mausolée tout en blanc auquel la ville de « Casablanca » doit son nom.

En fait elle n’aurait peut être pas du parler  de ces marocains qui n’avaient rien de barbares et qui pouvaient prétendre eux aussi à l’indépendance.

Une conviction qu’elle affichait clairement, mais jamais elle n’avait pensé qu’elle  toucherait  des  intérêts aussi vitaux et que cela donnerait lieu à des  réactions jusqu’à ce qu’elle  reçoive sa première lettre de menace.

Un petit papier blanc qu’elle trouva dans sa boite à lettre avec en rouge : « Ecrire peut faire perdre la vie ».

Au début, elle n’y avait pas donné trop d’importance et  s’est contenté d’en parler avec un ami qui  lui avait assurée qu’elle pouvait dormir tranquille.

Justement elle ne dormait plus depuis qu’elle fut assaillie de  coups de téléphones anonymes avant de recevoir une carte avec une fleure rouge et au dessous : « rouge en flammes, la fleur de macadam »

Les menaces  étaient si terrifiantes qu’elles lui voilaient tous les risques d’une aventure aussi dangereuse qu’un safari en terre arabe alors même  qu’elle ne connaissait de cette langue que le mot « choukrane ».

C’est ce qu’elle réussit à prononcer plus ou moins correctement au chaloupier  qui l’aide à déposer sur le sol africain la grosse malle où elle avait  précipitamment enfouit  tous  ses souvenirs.

 Ravissant  chaque coin du large quai, des garçons  et des  adolescents appelés les « oulads », se présentent, seuls ou par   petits groupes proposant leurs services moyennant quelques pièces de monnaie et un petit sourire de remerciement, mais la jeune femme ne peut  se permettre ce service.

Trainant difficilement  sa  lourde valise elle s’éloigne quelque peu du tumulte et ajuste, bien claire, la  rose  qui devrait servir   de signe de reconnaissance   à la personne qui doit en principe l’accueillir.

Les minutes s’égrènent lentement et elle  semble plutôt désemparée alors que sa crainte de ne trouver personne à l’attendre se dessine de plus en plus.

 En effet, le doute l’envahit peu à peu au fur et mesure que le  quai progressivement se vide au moment où les « oulads », sals et mal-habillés, continuent à tournoyer autour d’elle.

Mais elle est  décidée à aller jusqu’au bout, et cela se voit dans la lueur des ses yeux bleus au reflet de ce beau ciel, où le soleil règne en maitre absolu, combien même le col-montant de son  pull en laine l’étouffe au point de l’asphyxier.

Ajustant encore plus apparente sa rose, elle ne bouge pas de sa place, mais après une heure d’attente, le doute  se transforme en certitude et la crainte en peur.

Elle ne sait  même pas où aller et résignée elle met sa main sur sa valise lorsqu’un  petit gringalet, propose, dans un français plutôt tordu, de la lui porter.

Vu ses  moyens limités, elle allait refuser,  mais    les yeux  tout noirs et presque suppléants du porteur la font renoncer.

Heureusement d’ailleurs car le  parcours jusqu’aux services des Douanes est très long sans compter le  soleil de plomb qui inonde chaque mètre de ce gigantesque port très encombré.

Lire le Blog de Keltouma | commentaire(s) (0) | Lus (2278)
Imprimer cette page sympa Envoyer ce blog  un ami
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat

Copyright © 2008 - 2022 - Blog-Media - La plateforme multi-blogs du Net