ID Passe
Moi aussi, je veux un Blog : je m'inscris ICI
Menu Principal
Moteur weBlogs
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Conserver

Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Stats inscriptions
 Inscrits:
  aujourd'hui: 0
  hier: 0
  Auteurs: 213
Dernier: matieux

 En ligne:
  Invités : 0
  Auteurs : 6
  Total: 6
[Détail]
 Infos site

Historique
«  «  2022 Janvier  »  »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Promo

Top-Five !
1 Keltouma 712
2 motpassant 614
3 vilistia 433
4 atanetbout 347
5 lydwine 238
.../...

Telecharger Skype - France , le portail du téléphone gratuit

Noogle, fournisseur de sites web

BLOGs - Article de Keltouma
 Publier les articles de Keltouma

19/09/2011
Zaïna

Auteur: Keltouma (3:15 pm)

La nuit   se dissipait  en perles de rosée aurorale sur un petit Douar sise aux pieds du  Moyen Atlas.

Deux   rangées d’habitations incolores et non alignées longeant une ruelle  rocailleuse où les ordures  ménagères jonchaient les coins.

Driss enfila des gans en laine, enfourcha sa vieille bicyclette et se laissa  lentement emporter par la descente.

Quelques minutes après,   sa  femme recueillit un jeune homme aux aguets qui  se faufila   furtivement  à l’intérieur.Elle le rejoignit au   matelas encore tiède, déposé à juste le sol, et la   petite   pièce    se réchauffait  aux  souffles des deux amants lorsque  le  refrain des corps fut subitement rompu par la réouverture de la porte en zinc.

D’un pas décidé, Driss   réinvestit la chambre,  récupéra quelques affaires  et   ressortit aussi vite qu’il y était entré.

L’air d'un zèbre recroquevillé nu derrière le métier à tisser,  le soupirant  ne comprit   rien à ce qui venait  de se passer, puisque le  mari l'avait   bien vu et contourné, mais le temps n'étant pas à la cogitation il enfila ses habits  et prit  la tangente.

Le moment de peur passé Zaïna  se martela les cuisses, et  s’envoya    des  soufflets, mais  tant son gosier que ses yeux restèrent secs.

En effet  quelque chose d’inédit venait de se passer, car dans pareils cas le mari trompé s'en prend toujours   à sa femme qui ne peut que se laisser tabasser parfois même jusqu'à  la  mort.

Terrifiée par l’inexplicable attitude de son mari elle tournoyait autour d’elle-même  «  Si on l’avait dépossédé de son vélo il aurait remué ciel et terre mais pour sa femme il ne s’est même pas rebiffé, pas un mot, un geste une insulte une gifle  un "tfou", rien, rien, c'’est  comme si je  ne vaux  même pas  le mérite d'être battue !

                                                  *****

Zaïna  est née dans une  Bourgade  située  à une quarantaine de  kilomètres du petit patelin où son mari l’avait prise en flagrant délit d’infidélité.

Depuis qu'elle avait perdu sa mère à l'âge de  deux ans elle  passait toute sa journée  au Msid où son père  enseignait le coran  aux enfants.

Elle était la seule fille du groupe et en jouant, les garçons la chatouillaient aux parties sensibles de son corps et  cela lui plaisait énormément.

Celui  qui devait veiller sur son éducation était très loin de donner le bon exemple.

Imam et Fkih, il  réservait  ses soins médicaux exclusivement aux femmes se faisant  toujours payer « en nature».

  Zaïna  qui l’assistait souvent croyait   que cela entrait dans le cadre de la médication.

D'ailleurs c'est ce qu'il  lui avait  expliqué  lorsqu'elle l’avait  trouvé couvant  de son pesant  corps une dame toute nue.

Pour lui   tout est le fait des "Ginnes" et comme il maîtrisait   les soixante Hizbes du  livre sacré, personne ne pouvait lui contester l'exclusivité de la science médicinale.

L’oisiveté permettait  aux habitants  de savoir avec exactitude  ce qui se passait  dans le Msid, mais personne n'osait  protester.

Cela ne les empêchait  pas  de se  venger sur  la pauvre Zaïna et  de s'en vanter publiquement.

Tellement occupé à combler les défaillances conjugales de ses voisins, le Fkih  ne s'était rendu compte que Zaïna  avait mûrit  que  le jour ou elle rentra la blouse toute entachée de sang.  le garçon qui l’avait  violée avait   quitté aussitôt le douar et ses parents le suivirent  juste  après de peur d'une terrifiante réprimande.

Heureusement,  elle n'était pas tombée enceinte, et  l'histoire n'a pas eu de suite.

Mais avec le temps d'autres garçons furent tentés et l’adolescente finissait par céder en cachette tout en se faisant payer par des petites pièces, des sucreries ou des œufs sans éveiller les soupçons du Fkih.

Exercice qu'elle réussi avec brio alors que totalement voué à sa mission de guérisseur, Si Moussa ne remarquait toujours rien  et c'est  l'une de ses patientes qui l’en avait informé.

Devenu la risée du douar, l’Imam, qui   ne supportait  plus les clins d'œil durant son prêche du "Joumouaa",   décida alors de marier Zaïna  et il ne pouvait  lui trouver mieux que Driss, l'aide coiffeur, qui venait justement, de perdre sa femme.

La cérémonie n'avait  duré que le temps de lire la " Fatiha" et manger le plat de couscous auquel seuls l'épicier et le coiffeur furent conviés.

En fait, Driss n'a jamais voulu de ce mariage forcé, surtout avec une fille  dont  il connaissait par cœur les passades, mais il   n’osait pas décliner « l’offre » du Fkih  qui, durant deux ans de suite,   soignait  bénévolement  sa défunte  épouse.

Il   s’engagea alors dans une mine à ciel ouvert et loua une maisonnette  comportant un patio et une pièce transformée en chambre à coucher, lieu de la scène d’adultère dont il venait d’être   témoin.
A suivre

Lire le Blog de Keltouma | commentaire(s) (0) | Lus (3747)
Imprimer cette page sympa Envoyer ce blog  un ami
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat

Copyright © 2008 - 2022 - Blog-Media - La plateforme multi-blogs du Net