ID Passe
Moi aussi, je veux un Blog : je m'inscris ICI
Menu Principal
Moteur weBlogs
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Conserver

Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Stats inscriptions
 Inscrits:
  aujourd'hui: 0
  hier: 0
  Auteurs: 213
Dernier: matieux

 En ligne:
  Invités : 0
  Auteurs : 8
  Total: 8
[Détail]
 Infos site

Historique
«  «  2022 Janvier  »  »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5
Promo

Top-Five !
1 Keltouma 712
2 motpassant 614
3 vilistia 433
4 atanetbout 347
5 lydwine 238
.../...

Telecharger Skype - France , le portail du téléphone gratuit

Noogle, fournisseur de sites web

BLOGs - Article de Keltouma
 Publier les articles de Keltouma

12/01/2011
Au gré des vents (Sacrée main)

Auteur: Keltouma (11:07 am)

Comme je n’avais plus qu’une seule main, et vu mon âge j’avais préféré ne pas apporter de valise.

Je croyais que, comme en France, le Car me déposerait en plein centre et que je n’avais qu’à m’installer dans un hôtel le temps de me reposer avant d’entamer mes recherches.

C’était ma seconde  grande désillusion.

Durant les quatorze heures de trajet je  suffoquais et la sueur  mastiquait  tout mon visage, alors qu’il faisait presque quarante degrés dans un  car non climatisé. De plus au seul café ou nous nous étions arrêtés les toilettes sentaient tellement mauvais que je ne m'y suis même pas hasardé!

Pour boucler la boucle, il  n’y avait pas d’hôtel à la petite  localité loin d’une vingtaine de kilomètres d’Idda Ou Semlal, où le vieux car s’était enfin arrêté en fin d’après-midi.

Comme il n’y avait  pas d’autres moyens de locomotion,  un vieux monsieur me proposa alors de m’emmener sur le dos de sa mule, sur un sinueux chemin montagneux,  moyennant une somme très modique.

Le problème était que la mule n’avait ni scelle, ni rênes, et que j’étais obligé de rester agrippé de ma seule main  à son coup,  durant tout le trajet.

Lorsque je parvins enfin à la tribu, esquinté, affamé, assoiffé et surtout très sale, personne n’avait voulu me parler ! J’ai compris un peu tardivement qu’ils m’avaient pris, avec ma main coupée, pour un…. Mendiant.

Je  passai  toute la nuit accroupi,  près de  la petite mosquée, alors qu’il  faisait très froid, ne ressentant  même plus les parties de mon corps. J’allais y laisser la vie si ce n’est un jeune homme, qui me ramena chez ses parents à sa sortie de la  prière du « Fajr ».

J’eu droit à une bonne soupe bien chaude et un morceau de pain directement sorti  du four en terre battue que sa mère entretenait depuis l’aube.

Il me tardait de voir les premières lueurs  du soleil pour déguerpir,  jurant  de ne plus remettre les pieds dans ce coin de l’enfer.

 

 

Durant ce long trajet de retour  je n’avais pas cessé de penser aux  conséquences de mon acte. Avais-je raison de revenir au pays, mais surtout fallait-il embarquer ma femme et mon fils avec moi dans cette aventure.

 

Je  me suis alors rappelé le geste humble, de ce jeune homme propre, qui faisait sa prière à quatre heures du matin, et je  ne cache pas qu’à ce moment précis  j’avais espéré que ce soit lui mon fils et non Issa que je ne reconnaissais  plus. 

Même si je lui avais préparé toutes les conditions matérielles nécessaires, pour s’intégrer, mon fils ne se retrouvait pas parmi ses semblables marocains, et  faisait souvent allusion à ses difficultés d’adaptation et à l’esprit différent des jeunes de son lycée. 

Il voulait peut être faire autre chose de sa vie,   mais je ne pouvais le laisser seul en France, car nos destinées étaient liées. J’avais toujours à l’esprit, ce que j’avais subi à son âge, et je ne voulais guerre le voir souffrir comme j’avais souffert !

Le directeur m’avait convoqué pour me dire  qu’il  séchait les cours surtout ceux qui se faisaient en  la langue Arabe, mais je savais qu’il n’avait jamais étudié cette langue et je ne pouvais pas lui en vouloir.

Alors il se mit à se  droguer.

Il avait tout pour suivre ce mauvais chemin, puisqu’il était beau, jeune, riche, et naïf, et je savais tout cela, et  sans le vouloir, je l’avais quand même jeté en mer mais  les  vagues l’avaient mené partout sauf là, où je voulais, qu’il arrive.

J’étais le seul à blâmer !

Ce petit voyage dans "mon passé" me rappela  que mon présent n’était peut être pas meilleur, alors que je ne savais même plus qui j’étais réellement ! 

 

Je n’étais  plus  un  français mais pas encore   un marocain, et l’histoire du corbeau qui voulait apprendre à marcher comme la colombe s’appliquait totalement à mon cas.

Cette nuit passée à la « belle étoile » m’avait causé une pneumonie et je toussais tellement ce qui m’avait prévalu une longue   hospitalisation dans une clinique privée !

 

Comme je  ne savais pas que,  même dans une clinique payante,  il fallait quotidiennement  donner un pourboire aux infirmières, je me suis vu traiter avec une indifférence qui frôlait le mépris !

Aicha était dans tous ses états, et  s’était alors mise à protester, acculant le directeur à  intervenir en personne, nous invitant dans son bureau.

Le pauvre avait subit un mauvais quart d’heure combien même que je n’avais même pas prononcé un seul mot. Aicha était la seule à monopoliser la parole usant de termes médicaux spéciaux que je n’avais jamais entendu, discutant  même les frais pour  obtenir une réduction consistante.

 

Le directeur n’en était que plus enchanté  surtout lorsqu’elle reconnut  une toile ayant une grande valeur artistique, bien placée derrière son siège. Ils discutèrent longuement de la peinture et d’une association marocaine de peintres amateurs oubliant même que j’étais là.

Ceci à eut un effet bénéfique sur ma femme qui  sentait qu’elle pouvait encore agir sur son entourage  et elle était tellement contente, qu’elle  m’encouragea à entamer de nouvelles recherches.

« L’être humain devrait persévérer  dans  ses rêves, sinon son passage sur terre serait une  chimère!

 

Lire le Blog de Keltouma | commentaire(s) (0) | Lus (5112)
Imprimer cette page sympa Envoyer ce blog  un ami
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat

Copyright © 2008 - 2022 - Blog-Media - La plateforme multi-blogs du Net