ID Passe
Moi aussi, je veux un Blog : je m'inscris ICI
Menu Principal
Moteur weBlogs
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Conserver

Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Stats inscriptions
 Inscrits:
  aujourd'hui: 0
  hier: 0
  Auteurs: 219
Dernier: Kyriel

 En ligne:
  Invités : 0
  Auteurs : 3
  Total: 3
[Détail]
 Infos site

Historique
«  «  2017 Octobre  »  »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Promo


Top-Five !
1 Keltouma 712
2 motpassant 614
3 vilistia 433
4 atanetbout 342
5 lydwine 238
.../...

Telecharger Skype - France , le portail du téléphone gratuit

Noogle, fournisseur de sites web

BLOGs - Article de Keltouma
 Publier les articles de Keltouma

26/07/2010
A la recherche d'une racine (suite)

Auteur: Keltouma (10:40 am)

J’étais enivré en sentant son parfum poivré, mais surtout j’avais la conviction qu’elle m’avait adopté, et qu’elle ne me jetterait jamais plus dehors.

 

Elle appréciait beaucoup ma rapidité et ma discipline, car je refusais de prendre ce qu’elle me laissait au creux de la main. Je me contentais d’un bonbon et d’une petite caresse ou une petite tape sur la tête.

En fait, je n’avais pas besoin d’argent, il me fallait seulement me  rassurer  que je ne quitterais jamais  cette demeure, car je  n’avais nulle part où aller, et cette caresse furtive sur mon crane rasé était toute ma garantie.

 

Mme Christine  venait souvent voir mes oiseaux et en choisissait les plus beaux pour les mettre à l’intérieur de sa maison.

Pour moi c’était comme un tableau d’honneur, un certificat de réussite.

Je savais enfin faire quelque chose de mes deux mains, et je n’étais pas complètement inutile dans cette splendide demeure, isolée du reste du monde.

 

 

 

                          *****

 

 

Les choses évoluèrent   avec le décès de Ba Said, car je  devins non seulement  le gardien de nuit, mais aussi  le jardinier, le  coursier ; Autant dire que je faisais presque tout à la maison.

J’avais appris à conduire la calèche ; et j’’accompagnais ma patronne chaque Mercredi au Souk hebdomadaire.

Un jour, alors nous eûmes un petit incident qui marqua un tournant dans notre vie.

Un jeune homme  sortait sa  voiture, au moment où notre calèche passait  devant sa demeure, c’est alors que notre mulet eut peur et fit  une ruée de quelque cent mètres avant que je puisse l’arrêter. Frôlant  la crise, Mme Christine criait   hystériquement  qu’elle  avait faillit y laisser la vie, jurant de tous les noms, et traitant le monsieur  d’assassin.

Ce dernier ne savait que faire pour se faire pardonner sauf  l’inviter à l’intérieur  pour se laver et prendre un verre.

Au bout d’un quart d’heure ma patronne, réapparut , plus apaisée,  me chargeant d’aller faire tout seul  les courses !

 

Depuis lors, chaque mercredi c’était pareil ; je la menais en cabriole jusqu’à la maison du monsieur et je continuais tout seul au Souk.

Tous les marchants étaient aux petits soins avec moi, et me témoignaient  la même estime qu’à  Mme Christine, qui  payait cash et sans marchander.

 

On m’appelait le petit « gaucher »car c’était avec cette  main que je  choisissais  toutes les légumes avec une rapidité extraordinaire, ne laissant personne  me glisser  une pièce périmée.

J’étais alors devenu aussi connu, respecté, et demandé que ma patronne, et malgré mes exigences, les marchands me soudoyaient souvent, me laissant de côté quelques beaux fruits, dont  je me régalais  sur le chemin du retour ou  en attendant que Mme Christine sorte de chez le monsieur.

 

Je l’attendais le temps qu’elle termine sa visite à sa guise et je la raccompagnais à la maison.

 

Son visage était alors  radieux, et ses joues pétillaient de bonheur, laissant  aussi  ses cheveux dorés voler au rythme de la course qu’elle me demandait  d’imposer à la cabriole. Elle était plus jolie que jamais et je n’en étais que plus heureux, car il me suffisait de voir la lueur de joie dans ses yeux pour ressentir la même chose.

 

Elle me donnait alors les bonbons que j’aimais tant, et m’avait même acheté une tirelire où je mettais toute la monnaie  que j’économisais en faisant les courses.

Je remarquais qu’elle augmentait de temps à autre le budget, et c’était, disait- elle,  une façon de me récompenser pour ma confiance me faisant  jurer de ne rien raconter à son mari sur ses visites chez le monsieur !

C’était un peu notre secret commun, et le début d’une confiance qui me permettait enfin de pénétrer à l’intérieur cette splendide maison.

 

Ce furent les deux meilleures années passées au sein de cette famille, et mes souvenirs de l’époque me donnaient l’impression de la belle vie. C’est sûr que j’avais trouvé l’endroit idéal pour vivre convenablement puisque  je mangeais à ma faim et je travaillais tout le temps.
extraits de mon roman: "Sacrée main" aux éditions le manuscrit (voir Amazone.com)

 

Lire le Blog de Keltouma | commentaire(s) (0) | Lus (1737)
Imprimer cette page sympa Envoyer ce blog  un ami
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat

Copyright © 2016 - Blog-Media - La plateforme multi-blogs du Net